Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 08:49

             Je savais bien que le chirurgien que je préférais allait tôt ou tard quitter la série…Depuis quelques semaines ses querelles avec son collègue et rival tournaient en rond, le divorce de l’autre entraînait des soubresauts qui se compensaient mal par le choix qu’avait fait de lui la femme de l’autre – vous suivez, j’espère ? avec un peu d’attention, on y arrive sans trop de mal. Et certes, depuis que je le suivais sur cette chaîne, il avait connu toutes les hypostases intéressantes : tentation de la drogue, dispute avec sa fille préférée, remariage (manqué) avec une compatriote du Ghana se faisant passer pour diplômée sans l’être (d’où pour le pauvre homme nécessité de trancher comme chef du département de chirurgie tout en ayant promis de protéger par mariage l’intrigante, à laquelle il finissait d’ailleurs par trouver des tas de qualités professionnelles), mainte autre difficulté dans les conflits avec des collègues d’une ambition mortelle… On l’avait vu et jugé – et aimé – sous toutes ses coutures. Il était temps qu’il partît (oh ces imparfaits du subjonctif, quelles délices raffinées !). Eh bien il est parti. Il est même parti sous nos yeux,  lui qui avait reçu des résultats atterrants du département d’oncologie (vous savez bien qu’on dit comme ça maintenant). Mais on te nous l’a expédié ad patres en quatrième vitesse : à peine le temps d’avaler quelques pilules à la dérobée, de connaître quelques malaises qui le courbaient en deux, à peine le temps pour nous d’admirer son obstination à ne parler de rien à personne… On lui a fait cadeau du cancer du foie, traditionnellement considéré comme le plus rapidement efficace, trois semaines à peu près hors tout. Ce qui lui a permis de perdre la vie au milieu d’une opération qu’un collègue a terminée à sa place, lui-même se retirant de la bagarre dans un coin de la salle d’op, dans une atmosphère de tragique et d’activité professionnelle qui convenait parfaitement à son personnage. On aurait pu nous annoncer sa mort après une fête du personnel soignant, par exemple, avec un petit discours, des fleurs, des larmes. Mais non, et cette mort silencieuse par terre dans un coin a exactement la grandeur qu’on lui devait…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens