Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 09:34

            Immanquablement, quand j’entends cette expression déjà si retentissante dans ma jeunesse, j’évoque le beau visage triste de Marcello Mastroiani et la sirène du Mississippi se baignant dans la fontaine de Trévise (une blonde pour une autre : l’actrice suédoise dont l’apparition fut, si je ne m’abuse, un hapax dans le paysage cinématographique, peut prendre facilement les traits de notre Deneuve nationale et insubmersible). Autrement dit, évocation critique de la société mondaine et oisive, tourbillon d’excentricités, vanité des quotidiens sans conviction ni morale – mais tout de même du soleil, de la vie, de la lumière, de la beauté. De nos jours, assez récemment du moins, Dolce Vita figure sur vos factures de gaz (j’allais dire, emportée par mon élan : et d’électricité, puisque pendant toute mon existence les deux choses étaient gérées de conserve, seulement comme on n’arrête pas le progrès les deux choses se sont installées dans leur niche fiscale respective malgré tout ce qui a pu être dit et le gaz, synonyme de farniente dans une douce atmosphère familiale, a pris cette appellation esthétique pour faire passer la pilule). Donc c’est en l’appelant Dolce Vita que je paie désormais ma consommation de gaz, ce qui ne la diminue en rien. Mais voyez comme ils sont courtois et prévenants, tout de même ! Vous avez droit, en plus des comptes agrémentés de graphiques, organigrammes et schémas divers, à des explications en langue de bois officielle, justifiant pourquoi les prix grimpent, le pétrole et le gaz provenant des mêmes gisements, l’entretien des conduits nécessitant des frais continuels – et puis vous et moi sans doute consommant davantage pour le chauffage ou la cuisine -  bref, voilà pourquoi votre fille est muette. D’ailleurs on vous envoie votre facture par mail maintenant, voyez donc toutes ces économies qu’on vous fait faire : plus de papier, plus d’arbres coupés, plus de colle pour les enveloppes, plus de timbre, plus de frais de facteurs (c’est pour çà qu’on ne les remplace pas quand ils partent à la retraite). Vous auriez tort de vous plaindre, d’autant que 24h/24 nous restons à votre disposition pour tous éclaircissements nécessaires. Je vous le  répète à mon tour, mes belins-belines : vous auriez tort de vous plaindre.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens