Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 08:52

            Faire la couverture de tel ou tel magazine, c’est chez les grands de ce monde une ambition permanente et mal dissimulée. C’est en quelque sorte la croix d’honneur qui se décernait autrefois – et cela se pratique peut-être toujours d’ailleurs - dans les institutions bien pensantes où elle s’arborait au grand dam de la modestie (mais on ne peut pas en même temps pratiquer la modestie et exhiber ses talents aux yeux de l’univers). Les médias connaissent le pouvoir de cette évaluation, eux qui signalent avec bruit que vous faites la une de l’Express, ou du Point, ou de Libération, ou du Nouvel Obs (ils ignorent  en général celle de Charlie Hebdo, pour la bonne raison d’ailleurs qu’elle est exclusivement réservée à notre petit timonnier dans ses aventures avec le reste du monde). C’est donc un honneur presque suprême, mais combien dangereux parfois ! J’en veux pour preuve la couverture de Télérama, qui cette semaine se cantonne sur Cantona. Un joueur de foot d’autrefois, qui a quitté le terrain sans qu’on le regrette beaucoup, à ce que j’ai compris, et qui s’est retrouvé une gâche dans une reconversion juteuse : le théâtre, mais oui, comme je vous le dis mes belins-belines!Je doute fort qu’il puisse se rappeler un texte un peu subtil, selon les échos que j’ai eus de ses prestations nouvelles, mais je crois aussi que les textes qu’on lui fait déclamer ne sont pas du genre subtil. En tout cas la couverture qui va l’immortaliser le situe dans un genre gaulois en –ixe où l’on compte sur les potions magiques pour vous donner du quotient intellectuel. Et l’on est bien obligé de conclure qu’il n’a pas pris sa ration minimale d’entretien cette semaine,  alors qu’on l’a déguisé en satyre couronné de pampres et de verdure (ou peut-être en  guerrier à l’antique camouflé pour une opération de commando ?) pour tirer parti de son allure virile. Le texte qui accompagne ce portrait est d’ailleurs parlant : « Si près d’UBU… »… J’aurais aimé en être l’auteur,  mais on ne s’adresse pas à moi pour la une des magazines, même pas pour un bout de texte….

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires