Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 14:55

Il me revient à l’esprit qu’un jour ma mère (je devais avoir huit ou neuf ans, vous imaginez quelle quantité d’eau a depuis passé sous les ponts) m’emmena acheter des souliers (ce devait être une période de soldes). J’avais aperçu en léchant une vitrine (et il fallait faire vite, parce que ma mère n’aimait pas perdre son temps) une paire d’escarpins qui me plaisaient, mais comme ma mère m’entraînait plus loin avec énergie je me plaignais amèrement qu’on ne tînt (oui, tînt)  jamais compte de mes goûts personnels. Ma mère m’avait ramenée dare-dare vers la vitrine méprisée pour me montrer une pancarte trônant parmi les chaussures : « Occasions à profiter ». Le commentaire qui avait suivi (« on profite d’une occasion, on ne profite pas une occasion, il ne faut donc pas dire « à profiter » comme on dirait « à prendre »  - et elle avait continué, toute fière de pouvoir combiner la leçon de grammaire et sa décision  punitive, « … ou à laisser ») ne m’avait pas sur le moment frappé par sa force pédagogique, car je voyais surtout ma frustration vestimentaire, mais la leçon avait tout de même pris racine. Nous condamnions en famille ces meurtrissures et contusions imposées par d’innocents bourreaux à leur expression orale – ou écrite, mon père brandissant à notre opprobre, lorsqu’il lisait le journal, des « voire même », des « malgré que » employés en dehors des cas bien spécifiques ou des « par contre », étant donné que deux prépositions ne peuvent se suivre sauf dans des formules anciennes comme « de par » (et ceci, c’était bien longtemps avant que l’Académie ne donnât son feu vert, détrônant ainsi la suprématie exemplaire confiée à « en revanche » : je vous signale que certains puristes lui sont restés fidèles…). Depuis que certaines boutiques « vous correspondent », que certains coureurs sont « les plus vite du monde » etc. (on s’occupera des sports, promis), on ne s’étonne plus de rien

                                                                                                            Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires