Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 11:31

          Non,  mes belins-belines, aujourd'hui encore c'est pas la gloire... Un peu mieux qu'hier toutefois : j'ai pu me lever, je me suis même fait cuire une tournée de pommes au beurre dont l'odeur ragaillardit jusqu'à mes chats, bref ça va petitement, ça va claudiquant - on fait aller tout de même. Et rassurez-vous, ça n'est pas la grosse grippe dont on nous a menacés à grands coups de masques et de désinfectants. Nos héroïques notables qui sont venus in persona se faire torturer devant nos yeux en sont restés pour leur héroïsme, et c'est même dommage que cela ne leur ait pas colloqué une de ces saloperies connexes, vous savez, un de ces dérivés des souches principales, moi j'aurais bien aimé voir chez eux des développements inattendus. Tant pis...Mais on les reverra sans attendre : l'héroïsme, le sacrifice personnel, le bien du peuple toujours devant les yeux, quand on a ça dans le sang c'est comme une vocation, ça ne peut pas s'éradiquer rien qu'en soufflant dessus. Et pour ça on peut être tranquilles : on est bien gâtés avec ceux -là (vous ne les avez pas entendu chanter en choeur, il y a quelques semaines de ça? Oh mignons tout plein, tout joyeux, on aurait dit une troupe de gentils scouts préparant un spectacle pour feu de camp - des vrais artistes, je vous dis... Et une harmonie, une connivence, une gaieté collective! Je suis sîre que si vous les aviez vus et entendus, vous n'auriez pas eu de réticence à commencer l'année, vous saviez de source sûre que votre avenir était entre bonnes mains, puisqu'au milieu de la crise ils pouvaient chanter d'aussi bon coeur). Tiens, ça m'a fait du bien d'évoquer ce spectacle, en vérité je l'avais plus ou moins oublié, et c'était un grand tort. Voilà que ça me redonne de l'espoir en l'avenir, vous allez voir avec quelle vitesse je vais me remettre. D'ici à ce moment béni (oui, oui!) portez-vous bien tous, je ne concentre pour vous. Soignez bien vos minets.

 

 

                                                                                                          Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires