Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 10:57

 

 

            J’ai voulu voir si je frémirais devant l’horreur d’un film d’horreur. Je suis sans doute tombée dans l’hyper-médiocrité des séries B,  ou même C, ou même Z, mais j’ai dû à plusieurs reprises me pincer pour ne pas m’endormir. Et pourtant la critique était incitative : « Référence absolue du film d’horreur ». Comment ne pas croire à une excellente initiation au genre ? « Le réalisateur ne montre rien, mais l’ambiance est insoutenable » : miam ! miam ! .  « L’un des méchants les plus réussis du cinéma américain »  - le monstre de James Whale, Bela Lugosi, Boris Karloff, belles références – re-miam ! miam ! « Nuit difficile en perspective » - autrement dit, c’est l’équivalent des « A ne pas lire la nuit » de la littérature d’épouvante ? Re-re-miam !miam !. Eh ! bien mes belins-belines, tout ça c’est du pipeau ! C’est de la publicité mensongère, de même que l’illustration représentant une rangée d’individus (ou de spectres ?) masqués brandissant un poignard. Je me suis ennuyée, mais ennuyée !... D’abord, dès qu’on sait qu’un fou monstrueux s’est échappé de son asile et va assouvir ses désirs de meurtres sauvages sur les lieux de son enfance, le caractère « hanté » de la maison abandonnée perd de son charme. Après, on n’a plus qu’à attendre qu’il étrangle, poignarde, cloue au mur les adolescents que les familles ont laissés seuls (et qui se baladent dans les rues à minuit, allant chez les uns ou les autres, se faisant des farces ou se téléphonant dans la panique lorsque c’est trop tard). Heureusement, la plus sage d’entre eux va en réchapper, car le docteur parti à la poursuite du monstre le descendra au bon moment, et quand son masque tombe on entrevoit un mélange du monstre de Frankenstein et de Nosferatu – juste un coup d’oeil, le réalisateur lui-même dans une salutaire et tardive lucidité n’ayant pas osé franchement se lancer dans la compétition. Et ce pauvre Donald Pleasence, cet habitué des films intello comme Cul-de-Sac, mal transposé dans ce contexte de pulsions grossières, qui ne sait plus que rouler des yeux affolés !... Mauvais, tout ça, très mauvais. Je ne peux même pas mettre 1/20 pour récompenser la feuille de papier puisque nous sommes dans le virtuel……….

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens