Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 09:50

 

« Il est puni par où il a péché », disait-on volontiers autrefois, quand on avait des bases rudimentaires de   jugement moral (je dois même dire que mon premier contact avec cet aphorisme avait eu lieu par l’Almanach Vermot, un jour où, chargée de me garder chez elle, notre femme de ménage m’avait donné à lire la lecture essentielle de son fils : il s’agissait pour illustrer cette vérité de montrer un pêcheur à la ligne entraîné au fond des eaux par un énorme poisson, ce qui ne donnait pas une démonstration convaincante ni facile à appliquer aux cas courants). On n’ose qu’à peine redire la formule lorsqu’il s’agit de ce malheureux bambin américain – cinq ans – qui avec son petit fusil à la crosse chamarrée vient de descendre sa petite sœur – deux ans – laquelle tenait encore sans doute entre ses menottes son propre petit fusil pour fillettes, tout rose comme il sied pour le sexe faible dans ses premières années. J’aimerais voir l’air des parents, moi, là-dessus : fiers d’avoir fait leur devoir de géniteurs avisés pourvoyant à tous les besoins de leur progéniture, ou se repentant d’avoir distribué les armes un peu trop tôt, avant qu’on ait appris aux mômes à bien viser ?  J’ai du mal à les plaindre, en tout cas : ces défenseurs du droit aux armes qui chérissent leurs fusils au même titre qu’on chérit chez nous la liberté ou l’égalité ne méritent pas notre attention lorsqu’ils se tirent une balle dans le pied, ils ont bien cherché ce qui leur arrive. Moi je suis surtout abasourdie par la varié té des armes pour enfants, peinturlurées comme des sucres d’orge, toutes les marques ayant leur rayon pour juniors… Comment peuvent-ils ne pas porter la guerre dans tous les coins de la planète ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens