Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 09:27

 

 

            Inédit et fort imprévu, le spectacle comique auquel j’ai eu la chance d’assister dimanche soir m’a ravie. J’attendais 20 heures, comme tout le monde, pour savoir le résultat du match de boxe, et depuis avant 19 heures j’étais à pied d’œuvre, non pas tellement impatiente et me rongeant les ongles mais bien avide d’écouter les commentaires des devineurs et devineresses, la sagesse  évidente de l’un d’entre eux dont je recherche toujours les avis, ici et là  éventuellement le pointu de certaines analyses – car ceux qui ont quelque chose à dire se remarquent tout de même au milieu des  bavards et bavardes, dont certains font beaucoup de gestes pour compenser la débilité de leurs propos. J’attendais donc,  et je ne savais rien alors que, paraît-il, grâce à Internet et aux radios étrangères toute la France ou presque était au courant – moi pas du tout, je le répète. Vers 19 heures, la nouvelle me parvient enfin, et pour moi le spectacle commence. Car imaginez que tous ces gusses sur leurs plateaux de télé, les commentateurs les journalistes les meneurs de jeu les invités, étaient tous au parfum mais devaient faire semblant de ne rien savoir puisque la loi leur interdisait de laisser filtrer la vérité avant 20 heures tapantes. Je me demande encore comment ils ont fait pour ne pas se prendre un fou rire collectif lorsque l’un d’eux se coupait, prononçait une phrase qui pouvait faire dresser l’oreille, et que précipitamment un copain obligeant glissait avec componction un « si bien sûr ce doit être le cas», ou encore « au cas où ce serait ce qui sortirait des urnes », ou bien «  en admettant que ce candidat-là soit élu ». Concours du plus habile menteur ! Les mille manières de tourner autour du pot en envisageant des hypothèses dont ils savaient tous, les contents ou les mécontents, qu’elles étaient mensongères, ont donné un récital de nuances, de restrictions, de suggestions prudentes, de correctifs immédiats dont je me suis régalée. Une hypocrisie joyeuse, consciente du ridicule de la situation mais endossée comme faisant partie de la fonction du jour…C’était un bonheur d’avoir pu voir ça., je vous assure….

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens