Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 09:44

Mea Culpa (N°655) : Ligne 2, avant-dernier mot, lire « à » et non « a » (lui tout seul) . Bravo et merci, Loïc !

 

            Parfaitement consciente que certains de mes belins-belines ont pu bâiller devant mes considérations sur le comique au cinéma – faute, naturellement, d’être bien rodés à ce type d’étude et pourvus des bonnes connaissances de base – je vais changer mon fusil d’épaule sans pour autant me sentir l’âme davantage guerrière, vous vous en doutez. Mais puisque ce blog me sert de contact quotidien avec vous (oui, sauf le dimanche, nous sommes bien  d’accord là-dessus) et qu’il est en quelque sorte comme un petit billet d’humeur, je me sens autorisée à vous faire part de l’humeur joyeuse que j’ai rapportée de Beaune samedi soir et qui va me durer encore jusqu’à demain, au moins…. J’étais invitée à dicter à l’assemblée des fidèles de la dictée le texte (difficile…) que j’avais concocté depuis des mois et des semaines, y rajoutant toujours quelque piège ou quelque finasserie bien dissimulée. Je dis bien les fidèles, puisque c’est la troisième fois que ce rassemblement se produit pour la défense du respect de la langue. Et ce n’est pas de ce texte que je voudrais vous entretenir, mais bien de cette fidélité chaleureuse qui grossit régulièrement le nombre des volontaires tout réjouis de devoir se soumettre à l’épreuve – et ils savent qu’au lieu de félicitations c’est plutôt au devant d’une petite mortification qu’ils se lancent, doigts qui se rouillent, sens de l’orthographe qui s’émousse, manque d’habitude, passages à vide… Et pourtant ces sourires, certains timidement tournés vers moi, d’autres apportés jusqu’à moi avec serrements de mains, certains même assortis de bises et de discussions joviales, me remplissent le cœur de ce lait de la tendresse humaine dont parle Shakespeare : nous sommes complices, pendant une grande heure nous travaillons ensemble, chacun son style, les bénévoles ont consacré des heures et des heures à tout mettre sur pied – et la logistique de pareille manifestation est redoutable et mobilise beaucoup de monde – et les concurrents ont attendu le moment où ils sont appelés sur le podium pour y choisir un dictionnaire ou un livre (non par leur nom mais selon le numéro de leur copie) et j’ai été touchée de voir que plusieurs fois la famille était là pour les immortaliser par la photo. On est même venu  me parler de mon blog et de ciné-club… Merci, Manou !

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
<br /> Mme Desvignes fut mon professeur deLittérature Comparée à la faculté des lettres de Lyon en 1965.J'admire qu'elle se passionne toujours pour la langue et la littérature. Merci et bravo!<br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> Heureuse de connaître ta satisfaction et tes indications sur le déroulement de la journée de Beaune et de la consécration de ta fameuse dictée si finement concoctée... Bises affectueuses<br /> d'Elisabeth<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens