Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 11:37

            Je vous parlais hier, avec une certaine émotion puisqu’il s’agissait du cadre de mes souvenirs d’adolescence, du stade Garibaldi. Sis à la Citadelle – il devait bien y avoir quelque part des vestiges de constructions gallo-romaines sur cette partie haute de la ville : moi qui aime fouiner parmi les décombres du passé lorsqu’ils sont dûs au passage du temps et non à des catastrophes meurtrières, je n’en ai jamais rien vu, je n’en ai même pas entendu parler (alors que j’ai entendu dire que sous le stade Lebeau devait se trouver   un odéon ou du moins un théâtre de peut-être dix mille places) – à la Citadelle, donc, le simple fait ajoutait quelque chose d’un peu mystérieux à mon tableau d’ensemble. Moi j’étais des quartiers de la Sâone, de la ville basse, des parcelles inondables. La Citadelle dominait la ville comme une autre cité, je ne connaissais pas le nom de toutes ses rues, elle drainait les foules du foot ou du rugby, voire du cyclisme avec sa piste en ciment pour les courses de vitesse où le plus longtemps possible les concurrents devaient rester immobiles, comme figés sur leurs vélos, car disait-on le premier qui partait était deuxième à l’arrivée, ce que je ne trouvais pas convaincant du tout. Enfin, bref, vous voyez qu’on était sportif à la Citadelle. Eh bien ne vient-on pas de m’apprendre que ce stade où mon adolescence s’époumonnait pour faire toujours mieux a été détruit par le feu il y a quelques années ! J’ai eu un petit choc, non parce que je n’irai plus jamais m’y asseoir (ce serait un vain regret : je n’y suis jamais allée de mon vivant chalonnais), mais tout simplement parce que ces tribunes en bois faisaient partie de mon patrimoine de jeunesse et que je les imagine carbonisées, réduites en cendres, effondrées. C’était là aussi, après entraînement et pendant la pause, qu’on nous faisait chanter « Une fleur au chapeau, A la bouche une chanson »…Nous étions deux, deux seulement, à avoir perdu nos cordes vocales et à n’articuler les paroles que des lèvres…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens