Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 11:25

             Lorsque j’avais huit ans, avant les Merveilles du Monde, bien avant  Blanche-Neige et les Sept Nains, j’ai un temps collectionné les images du chocolat de l’Union. Elles étaient assez épaisses, bistres, et m’ouvraient les portes d’un paradis de cauchemar où j’étais  à mon aise. Tricératops, iguanodon, archéoptéryx, tyrannosaure, diplodocus, megathérium, je les connaissais tous, ils me servaient d’illustrations pour rendre la lecture du Voyage au Centre de la Terre  ou surtout   du Monde perdu aussi vivante que sur un petit écran.. Il m’a fallu attendre pour voir King Kong -  le vieux, le seul, le vrai, l’étonnant, et j’avoue que les combats de dinosaures me séduisaient davantage que la passion du monstre pour cette créature qui tenait dans sa main. J’ai refusé de voir Jurassic Park quand c’en était la grande folie parce que j’ai horreur de la vulgarisation à tout crin, mais samedi j’ai sauté sur un programme où les monstres antédiluviens étaient à l’honneur, y compris les géants des airs de douze mètres d’envergure. Vous l’avouerai-je ? J’ai été très déçue. On annonçait cette série de documentaires scientifiques comme une réussite britannique, et chacun sait que dans le domaine du documentaire les Anglais sont les rois, pour la conception comme pour la réalisation.  J’étais gênée de voir la souplesse et, presque, les palpitations de ces peaux écailleuses dont au fond on n’était pas très sûr qu’elles fussent telles qu’on les imaginait à partir  de leurs squelettes. Voir les iguanodons sautiller pour s’enfuir ou marcher sur deux pattes, je l’aurais sans problème accepté dans un dessin animé de qualité supérieure : il n’y aurait pas de tricherie sur la nature du procédé. Ici ces images de synthèse qui font plus vrai que nature  ont quelque chose de faussé à force d’être trop vraies. Et les scénarios de poursuites, de nidification, de chasse à la proie ont beau avoir eu de la tenue dans leur simplicité nécessaire, on n’y ajoute pas foi. Il y a pourtant des couleurs, même dans les yeux ou les becs (mais qui pourra garantir que « c’était comme ça » avant le déluge ?) – je ne sais pas pour les autres, moi je n’y ajoute pas foi….

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens