Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 11:40

 

 

            Parmi les émotions ressenties hier et avant-hier grâce aux petits clins d’œil qu’on m’a envoyés par le mail, il en est une à laquelle je voudrais donner quelque relief : c’est l’écho reçu ici et là par ma position vigoureusement tranchée dans l’affaire DSK. Je n’ai jamais marché sur des œufs à cet égard, j’ai tout de suite opté pour le cas du viol de la femme peuhle dans ce décor favorable à toutes les turpitudes, l’argent aidant magistralement à tout arranger, réputation, dommage causé, violences,  honorabilité, vérité… Je n’ai jamais attendu les conclusions (temporaires et partielles d’ailleurs, selon  des règles devant lesquelles nous nous perdons, abasourdis et dépités) d’un système judiciaire aux pourritures plus subtiles que chez nous pour me constituer ma doctrine sur le cas : pour moi tout est clair, en parfaite adéquation avec la pratique d’un détraqué à qui les amis et proches passaient tous les caprices sous prétexte qu’il avait besoin de réparation physique lorsque ses efforts du cerveau visaient à maîtriser les problèmes du monde. C’est pourquoi je m’étonne et m’indigne qu’ici ou là ses copains se disent soulagés de voir blanchi un homme dont ils savent tous qu’il est coupable. Mais surtout je me désole de ne pas voir les femmes se regrouper pour rejeter ce blanchiment par autrui et appeler aux armes. On avançait si frileusement, depuis si longtemps, sur le terrain du viol et de sa dénonciation par ses victimes ! On avait tout juste commencé à écouter les plaintes des femmes sans leur rire au nez. Or voilà qu’autour de cette affaire on a recommencé à faire de grasses plaisanteries sur un troussage de cottes qui relève plus du fabliau que de la tragédie, si l’on en croit quelques ténors qui ont eu le culot de se prononcer sur le cas et de l’étiqueter comme non seulement véniel, mais même bien rigolard et dans la bonne tradition gauloise. Honte à ces commentateurs qui partagent la honte du forfait en croyant pouvoir donner le ton ! Pour moi la chose est ancrée dans la tragédie et non dans le fabliau. C’est regonflant de recevoir deux ou trois approbations vigoureuses,  mais n’y a-t-il que deux ou trois femmes qui pensent comme moi ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens