Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 09:03

J’aime Arielle Dombasle, que je dissocie pour ce faire de la philosophie, nouvelle ou rancie, publicitaire ou conjugale. J’aime sa voix, son articulation, sa moue candidement hautaine, ses yeux écarquillés pour battre un record d’ouverture. La pub en fait l’héroïne (tout en fanfreluches, voilette, mousselines, chapeau aérien) des réclamations à la Française des Jeux pour avoir manqué le gros lot d’un point, d’un seul point, au dernier chiffre. Les deux petits sketches-minute ont été créés pour elle, autour d’elle, par quelqu’un qui sait utiliser au mieux toutes les ressources de son personnage. Car elle joue sans cesse, elle n’est jamais elle-même surtout dans les interviews où elle en rajoute une couche. Elle joue théâtre, elle joue la sophistication, le fabriqué, l’artificiel, et elle le fait avec un tel instinct du jeu qu’elle en devient essentiellement naturelle. C’est cela que j’aime, qui est si rare (notre BB nationale tentait de le faire,  mais dans             le registre des ravissantes idiotes, c’était tout autre chose). J’aime en effet qu’un comédien puisse arriver à se mouvoir sans problème sur le tranchant d’une lame, la vérité d’un côté l’artifice de l’autre. J’aimais bien par exemple Brialy quand il jouait théâtre, c’est-à-dire conscient qu’il jouait pour nous, en comédien plus qu’en personnage du scénario,  tout prêt à nous lancer un clin d’œil au passage. Nous avons eu    Le Poulain,  tout gonflé de lui-même, impensable en dehors de la scène. Nous avons encore Galabru, à mon avis bien supérieur à Raimu parce qu’il joue ouvertement l’artifice et non point le réalisme copiant le naturel. Et qui se rappelle Saturnin Fabre, à la voix tonitruante, à l’articulation de haut-parleur, qui jouait la prétention humoristique à peine camouflée sous l’enflure ? On disait de lui qu’on n’avait jamais vu personne comme lui jouer faux avec autant de naturel… C’était un plaisir de l’entendre, même dans les petits rôles il dominait tous les autres…Mais où sont les neiges d’antan ?

                                                                                Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens