Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 09:40

         De manière inattendue, ce programme décidément sérieux qui venait d’établir dans le détail le mécanisme selon lequel les emprunts (en particulier pour la construction immobilière : la planète entière se mit à se couvrir de bâtiments neufs restés ensuite impayés) allaient tenter les gens les plus modestes et les plus paisibles par des systèmes d’aguicherie encore inédits se complétait par un court-métrage qui aurait pu s’intituler Dites-le avec des fleurs puisqu’il s’agissait de la folie des tulipes aux Pays-Bas au XVIIème siècle. Surprise : il  n’était pas question de l’innocente passion dont la Bruyère se moquait comme des amateurs d’iris ou de prunes. Deux ou trois bulbes de tulipes sauvages rapportés d’extrême-Orient par un botaniste vont déclencher une mode délirante, d’autant qu’on voit vite que la fleur peut se panacher de couleurs différentes (avant d’avoir remarqué que la différence des teintes vient du travail des pucerons sur les bulbes) : les prix s’envolent, attestés par les lettres et documents de l’époque. On échange une maison contre trois bulbes, on se ruine, on ruine sa famille ou son commerce pour acquérir une nouvelle tulipe…C’est ce trait détestable que je débusque chez l’humain : l’aveuglement intégral à l’inanité des choses, à la relativité de leur valeur. A peu de choses près, on aurait pu décortiquer les mécanismes de cette passion maligne qui mit des familles entières sur la paille (avec expulsions comme de nos jours) et dégénéra en crise  économique – histoire de s’en inspirer tout autant que du grand krach de 1929 pour… trouver d’impossibles et inexistantes parades.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens