Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 10:41

            Elle se célèbre le premier mai naturellement, mes belins-belines : tout le monde chôme ce jour-là, et moi qui suis née au matin d’une Nuit de Walpurgis tout agitée du sabbat des sorcières, dans la lumière du début du plus beau mois de l’année, j’ai hérité de cette tradition. Non point de celle du chômage, mais bien de celle du Travail puisque c’est sa fête précisément ce jour-là. Donc je bosse, je bosse même fort, même que j’aime ça. Il paraît que j’ai toujours aimé ça, et toute ma vie s’est déroulée sans que s’émousse jamais cette envie frénétique de faire, d’agir, d’apprendre. D’écrire désormais, puisque ma deuxième casquette s’est installée sur mon chef il y a tout juste trente-deux ans, quand dans une sorte d’état second j’ai tracé les premières pages des « Nœuds d’Argile » (j’avais déjà beaucoup écrit alors, théâtre poèmes nouvelles et contes, mais encore pas de roman, et une fois tombée dedans j’ai su qu’il me faudrait établir des contacts avec des lecteurs, donc trouver un éditeur, donc publier, sinon j’aurais l’impression  d’avoir raté ma vie).  Vous ne serez donc pas surpris de constater que, loin de vous filouter d’une livraison de blog et ayant au contraire honoré mon contrat  hier en m’adressant  à vous même si c’était jour chômé , j’ai l’intention 1) de  vous charmer de mes propos  aujourd’hui,    même si c’est un dimanche , 2) de vous offrir mon badinage élégant même alors que je suis plongée dans mes bagages pour l’Outre-Atlantique, 3) de continuer vaillamment jusqu’à la dernière minute avant de m’envoler (vous m’imaginez, j’espère, avec mes deux – ou quatre, plutôt - petites ailes d’abeille laborieuse ?).   Autrement dit, je vous ferai un peu de suralimentation avant la grande grève de la faim du mois : précisions vont suivre incessamment (p’têt’ même avant,   disait gravement l’un de mes amis).

 

                                                                                             Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires