Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 09:07

           

 

            Pour rien au monde je ne voudrais jeter la pierre à Léautaud. Avec tous ses chats, pensez un peu ! Même pas le moindre soupçon de jalousie à son égard : mes douze chats sont très certainement bien plus heureux que les siens, jouissant de la liberté à volonté, des caresses à volonté, de l’hébergement sur mon lit à volonté (dans la mesure des disponibilités de surface) et d’une nourriture de choix, pleine de petites gâteries,  sans compter la surveillance vétérinaire au moindre bobo (tout l’ensemble me coûte assez cher pour que je puisse le mentionner en toute franchise). Pas non plus de défiance ni de blâme quant à sa misanthropie : au contraire elle lui ajoute un plus. Pour autant je n’irais pas me vanter de l’avoir fréquenté, connu, apostrophé, pris en note dans ses aphorismes grinçants – mais vous me direz que nous n’étions pas voisins, ce qui supprime net toute possibilité de vantardise de ma part. Je la laisse aux autres, si cela leur chante, et grand bien leur fasse. Quoique ce doive être bien passionnant d’avoir dans ses relations des membres éminents de la culture universelle…. Je viens de retrouver l’amitié de quelqu’un qui a connu Picasso, Chagall, Léger, chez qui Kazantzakis venait à deux heures du matin emprunter une bible pour pouvoir écrire l’année suivante « Celui qui doit mourir » - quelle incitation à donner à son tour son maximum, n’est-ce pas ? C’est comme les écrivains qui côtoyaient Boris Vian à Saint-Germain-des Prés, la sublime Juliette Gréco, Sartre et son Castor… ne me dites pas que ce n’étaient pas des boosters dont ils conservaient la marque jusque très avant dans leur carrière…L’essentiel est de ne pas s’en enfler les chevilles, ainsi j’aime qu’un écrivain puisse mentionner avoir connu Maurice Blanchot parce que le grand homme venait lui demander, à lui qui enfant était confiné à la cuisine pour laisser son petit frère prendre en paix sa leçon de piano, où était le sucre pour sa tisane.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens