Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 10:21

Ne blaguons point sur ce blog : c'était le gauche, que Tati dès ses premiers courts métrages demandait qu'on soignât (voyez au passage si ça démarre bien ce matin, et un lundi matin encore! la vie est ainsi faite de petits miracles, jouissons-en bien en passant). Oui, c'était le gauche, et dans ces contextes politiques  connus de tous c'est de droit que je voudrais aujourd'hui vous entretenir. Le Droit et mon Droit, dès le titre c'était presque un rappel de la fière devise de Henry VIII, je crois : "Dieu et mon Droict" - naturellement, en face d'un "Soigne ton gauche" quelconque, il pouvait prendre ça pour une provocation, heureusement pour tous les deux Tati et Henry ne se sont jamais rencontrés, on a eu chaud rien que d'y penser). Pour en revenir à notre sujet juridique, j'ai l'impression que tout est changé au royaume de Sarko (attention : j'ai bien dit "changé", qu'on ne me fasse pas dire ce que je pense! que voulez-vous, c'est la faute à Shakespeare, il faudrait un vrai lavage de cerveau pour se débarrasser de ce qu'il vous a implanté

avant le durcissement de vos fontanelles). Donc le droit qu'on pratiquait en fac autrefois (autrement dit de mon temps : bien sûr que c'est autrefois, presque comme au début des contes de Perrault) se faisait en trois ans pour arriver au même niveau qu'à présent en quatre ans (admirez au passage comme les niveaux montent). Eh bien je vous concède qu'on ne nous enseignait pas la moitié de ce qu'on eût dû nous enseigner (et vous voyez, ça continue! "Peste!, où prend mon esprit...? "etc. voir supra, passim  et de préférence directement dans Molière, "Amphitryon", Acte I, scène 1). Au fur et à mesure que la délinquance croît, que les prisons regorgent de pensionnaires, que les violeurs pullulent comme le Campistron sur du Racine mort, que les causes justes se trouvent entravées subtilement par des fautes de procédure (et encore je ne vous parle pas ici de l'action souterraine de la Scientologie trafiquant dans les dossiers et les pièces à conviction), on a créé, sinon des parades définitives (c'eût été bien utile, pourtant),du moins un luxe de vocabulaire qui me laisse loin derrière, avec mon droit d'il y a plus de cinquante ans (c'est vrai, ça passe, ça passe...). Magistrature assise, magistrature debout : c'était pourtant clair comme de l'eau de roche. On a supprimé le juge d'instruction, mais il reste la nécessité d'un juge pour l'instruction, nuance! On disait le suspect, le prévenu, l'accusé : avec  la garde à vue, l'appel à l'avocat toute besogne cessante, la mise en examen, le prélèvement d'ADN, le décompte des trois fois vingt-quatre heures , le portrait-robot, l'appel à témoins... il y a longtemps que le bertillonnage est devenu obsolète, ma parole! et, aussi, que le vice de forme est devenu un système efficace. Comme quoi, on n'arrête pas le progrès, ni les malandrins qui devraient l'être. Ma satisfaction du début s'attriste en fin de parcours. Seule la pensée de vios chats et des miens me rassérène quelque peu.

 

                                                                                                  Lucette DESVIGNES; 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens