Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 10:13

     Je n'avais plus de place, hier, ni au fond trop de courage non plus, étant donnés mes rapports  conflictuels permanents avec ma connexion Web, pour vous (re)donner des explications à propos de ce pauvre Guy Fawkes. J'y ai repensé avec d'autant plus de regret que sur BBC Entertainment, qui depuis huit jours est la nouvelle appellation de BBC Prime (les étiquettes changent, mais les niveaux restent : c'est comme chez les pharmaciens la qualité des molécules, qu'ils disent) la présentation de ce cher soap suit l'actualité et que, donc, à peu près le 5 novembre, on célèbre la conspiration des poudres qui devait, avec Guy Fawkes aux aguets à côté de son baril au sous-sol du Parlement, faire sauter les bâtiments symbolisant la toute-puissance tyrannique de la reine Elizabeth. Au temps de mon enfance, c'étaient encore des masques en papier de journal et des oripeaux minables qui satisfaisaient les gamins des rues allant mendier leur "penny for the Guy, mister!". Aujourd'hui, non seulement on est tout prêt à sacrifier à un embrasement public à l'aide d'une torche de résine un pantin fait de vieux vêtements et de chiffons - autant le carnaval qu'à Chalon (71, bien entendu) auquel on met le feu au derrière après l'avoir toute la journée du mardi-gras fait sauter dans sa couverture à tous les coins de rues - mais on accompagne ce sacrifice rituel d'un feu d'artifice, mais oui madame, je l'ai vu hier sur mes étranges lucarnes britanniques. Je ne reviendrai pas sur le sens de ces manifestations populaires : je serais bien étonnée qu'un seul des assistants à cet incendie de quartier, voire de ses organisateurs, pût expliquer le fin du fin de l'origine historique. C'est seulement un prétexte à manger un sandwich en plein air (il fait frisquet à Londres un 5 novembre, croyez-moi) et en compagnie, comme le 4 juillet (qui célèbre aux USA la fin du lien politique avec l'Angleterre en 1776) est à Londres le prétexte à autres réjouissances publiques (et n'est-ce pas absurde, puisque c'est un début d'effondrement de l'empire colonial britannique, même s'il lui faudra encore deux siècles pour comprendre qu'on n'en est plus au Moyen Age?). Je ne sais pas ce qui va se passer dans les épisodes à venir (suspense, suspense...), mais j'ai apprécié hier cette séquence d'un malfaisant dont les intrigues venimeuses concernent souterrainement tout le quartier de l'Albert Square surpris à tâtonner dans le noir du sous-sol au-dessous du pub dédié au souvenir de la vieille Queen Vic qu'il voudrait bien récupérer en pleine propriété après en avoir ruiné la propriétaire actuelle, qui fut l'une de ses épouses...). Quelque jour je vous parlerai des arbres généaloqiues des habitants du quartier, à l'intérieur de leurs tribus respectives (jamaïcaines, pakistanaises, londoniennes pur fruit pur sucre) : ça n'est plus de l'arbre, fût-il vigoureusement ramifié, c'est purement et simplement de la végétation de liane, je ne sais même pas comment ils peuvent s'y reconnaître les uns les autres. Pour ma part je reste sur ces tâtonnements dans l'obscurité, au milieu des barils de fuel, sans être sûre que le téléspectateur lambda de cette interminable épopée     de l'est londonien fait bien le rapprochement entre l'histoire et l'actualité; le feu d'artifice a eu certanement pour lui un attrait à savourer plus passivement. Et ça se comprend : mes chats aussi auraient aimé le spectacle.
                                                                                               Lucette DESVIGNES

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens