Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 12:04

         Si j’ai regardé George Clooney hier soir, ce n’est pas tant à cause de lui qu’à cause des deux frères Coen qui avaient réalisé et produit le film : d’habitude ils me servent de garantie de qualité, jusqu’à hier soir je me jetais avec dévotion sur leurs programmes. Jusqu’à hier soir, oui. Pour l’avenir, on verra. Y a-t-il une corrélation douteuse entre la médiocrité de cette histoire et la médiocrité de la chaîne qui l’avait épinglée à son revers ? (j’avais déjà signalé l’étonnante exception que constituait sur TCM la série Downton Abbey , qui tranchait si indiscutablement sur la débilité ambiante). Quoi qu’il en soit, hier soir c’était « peut », comme on dit chez moi - le eu prononcé comme dans beurre, faisant « peute » au féminin, toujours prononcé comme dans beurre, toujours voulant dire moche, sans valeur, déplaisant. Oui, Monsieur Clooney, hier soir vous étiez toujours beau  et séduisant (avec des bémols tout de même, voulus par le scénario certes mais faisant tilt au passage et n’arrangeant pas votre image de marque : c’est comme pour Cary Grant quand on lui donne l’air idiot, c’est récurrent dans sa carrière mais à chaque fois moi ça me dérange). Donc on vous avait donné un rôle imbécile, dans une intrigue épaisse comme du béton et au développement prévisible dès la première confrontation des deux adversaires. Le tout se déroulait dans une abondance de parlotte qui fatiguait sans rien apporter. Je ne pouvais m’empêcher de songer à Fargo avec sa fliquette enceinte jusqu’aux yeux résolvant les problèmes policiers dans la neige du Minnesota, à Simple Blood avec cette agonie cocasse du malfrat coincé sous un lavabo qui goutte, à O Brother avec son épopée burlesque où toute la société est passée en revue et fustigée, au Barbier, à l’inénarrable The Big Lebowsky, à Barton Fink dont six ou sept visions n’ont pas encore épuisé les richesses profondes, à ce truculent remake des Ladykillers avec son atmosphère Alabama pur   sucre de canne…et je n’ai pas eu le temps de tout évoquer. Par comparaison, Intolérable Cruauté c’était peut, oh ! que c’était peut !

Partager cet article
Repost0

commentaires