Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 10:50
     Le monde entier palpite selon les grands événements dont les médias font leur nourriture. Ainsi, comme je vous l'ait tristement signalé hier, la défaite de l'équipe de France a atteint au coeur des millions de fidèles (pas très sûrs des résultats d'ailleurs, malgré les prières à Fatima, à Mont-Roland, à Lourdes par précaution). DijonScope fait allusion ce matin à l'ambiance morose qui remplit les rues des villes, et qu'est-ce que cela doit être dans les grandes agglomérations d'où tel ou tel joueur déconfit est issu! Mais rappelez-vous : ce n'est rien à côté de la stupeur Jackson (vous vous souvenez peut-être de ce clown au visage passé à la céruse, dont on  ne savait pas s'il avait été assassiné ou laissé mourir sans soins, ou encore s'il s'était suicidé, pour mettre un terme à une vie d'excitation permanente, de dinguerie, de drogue, probablement aussi de vice. Rappelez-vous combien cela avait duré : matin midi et soir, Jackson Jackson Jackson, ses pas de danse, sa manière de chanter, ses querelles de famille, ses sous ses dettes son héritage, les théories diverses sur sa mort - et puis les cérémonies, aussi, pour accompagner le soleil à son coucher. Et puis, quoi? Sentez-vous encore en vous l'atroce douleur de cette privation dans notre chair vive? Que non pas! C'est peut-être tout juste si le nom de Jackson vous dit encore quelque chose. Et notre Johnny, donc? N'y en a-t-il pas eu, de ces micmacs, de ces revendications, de ces luttes fratricides entre médecins Cocorico et médecins  Oncle Tom? de ces noms d'oiseaux qui s'échangèrent un temps par-dessus l'Atlantique? de ces annulations de places, de ces sommes pharamineuses dont allaient être privés les uns ou les autres? Et puis quoi, derechef? Qui pense encore à cette idole des jeunes si modeste, braillant faux dans son micro pour des opticiens? Pourtant les médias se régalaient, faisaient durer le plaisir, se partageaient le bout de gras...Vous ne pouviez pas y échapper. J'attends, moi, j'attends le jour où les médias ne nous parleront que de la misère en Mongolie, de la misère au Darfour, de la misère en Somalie, de la misère au Kirghistan, de la misère en Haïti (même ça, ça n'intéresse plus), de la misère de tous ces pays inaccessibles où les gens meurent lentement des catastrophes naturelles, du typhus, des  tsunami, des volcans, des marées noires... - de la soif...Pourquoi nous en parleraient-ils? Ils sont sûrs  qu'avant deux minutes le brave peuple aurait tourné le bouton. Allons à lundi! Demain c'est relâche.
                                                                                                                                 Lucette DESVIGNES.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens