Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2012 4 07 /06 /juin /2012 08:35

 

 

            Il y a longtemps que nous n’avons pas parlé littérature, mes belins-belines. Ce n’est pas, croyez-le bien, parce que je m’en désintéressais : demandez donc à un papillon s’il n’aime plus les cosmos ni les gueules-de-loup ni les buddléias, il s’offensera de la question. Bien entendu mon intérêt  ne fait régulièrement que croître et embellir, mais tous ces temps j’ai relu des choses oubliées (hélas ! j’aurais mieux fait de les laisser dormir dans mon souvenir : quelle catastrophe de les redécouvrir, quelle crève-cœur de les trouver minables, incapables de susciter la moindre émotion !) et en même temps je me sens quelque peu froissée d’avoir eu si peu de jugement naguère, quand je les trouvais   enthousiasmantes, pleines de sens, pleines de sève…Il faudrait creuser le pourquoi de cette désaffection. Je me sens également un peu coupable d’avoir assommé Dickens en le redécouvrant, alors qu’au départ je voulais vous redonner le goût de vous plonger dans les grands classiques … Mon avis sévère ne cadre guère avec le culte dont nos amis britanniques entourent leur romancier favori, qu’ils célèbrent cette année à grands coups d’éditions et de rééditions (on ne va tout de même pas m’empêcher de préférer Jane Austen ou Emily Brontë, et pas du tout parce qu’entre femmes on se défend avec bec et ongles !). Oui, la littérature de notre temps devrait aussi nous passionner, mes belins-belines, mais vous savez de quelle suspicion, voire de quel mépris, j’accueille la production des quelques grands spécialistes de l’arnaque qui trônent sur notre galaxie, et de quelle consternation les médiocres et les minables qui se trouvent si facilement des échos dans le public. C’est promis, quand même : on va s’y remettre, je vais faire un effort.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens