Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 08:13

         Avant même de savoir qu’il ambitionnait de servir d’illustration permanente au génie de l’ethnie gauloise sous sa forme la plus rustaude, je n’avais jamais trouvé intérêt à cet acteur qui s’imposait partout avec ses traits si grossiers et sa parole non policée par la moindre trace de civilisation. On le voyait partout : il sautait sur tous les personnages classiques ou connus de notre littérature pour les incarner à son tour (sans jamais faire oublier ses prédécesseurs, d’ailleurs). Mieux, et moralement bien plus impardonnable, il mangeait des nouilles à la publicité moyennant une enveloppe assez scandaleuse, prenant ainsi la place d’un comédien spécialisé dans l’imitation de Fernandel et gagnant sa vie en vantant au Seigneur les pâtes riches : en même temps, son flair lui soufflant que les vignobles de Cognac étaient une de ces vieilles valeurs sûres de l’identité française, il s’assurait contre les mauvais jours. Je viens de le voir ces jours-ci puisqu’il s’est arrangé pour faire de nouveau parler de lui :  il est aussi gros et boursouflé et adipeux que s’il était prêt à enfiler ses braies à rayures sans avoir besoin de gonfleur. Mais en outre il grogne, il vocifère, il insulte. Qu’est-ce que c’est bien que la France, sinon un pays qui vous dépouille de votre chair et de votre sang ? un état-sangsue qui vous empêche de faire fortune ? une organisation de voleurs qui vous jalouse votre prospérité ? De quoi vous décourager d’en être un de ses plus irremplaçables rejetons, de quoi vous pousser à bout, comme une cruche qui casse. De quoi vous faire mettre les bouts et passer les frontières. Eh ! bien, bon voyage, Monsieur Dumollet ! Puissions-nous être débarrassés de vous à jamais… Hélas ! Les rêves sont rarement faits pour se réaliser.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
De Gérard Depardieu, il y a eu bien des films faciles et grossiers, flattant le grossier penchant à rire de grosses ficelles ; dans la filmographie de cet acteur, peu de choses à sauver ; cependant<br /> un film, "Le Retour de Martin Guerre", et si l'on remonte dans le temps, quelques films autres.<br /> <br /> Quoi qu'il en soit, la recherche d'un asile fiscal par Gérard Depardieu ne réclamait pas, de la part d'un gouvernement acharné à appliquer sa politique d'austérité, qui découle du Traité sur la<br /> Stabilité, la Coopération et la Gouvernance (traité voté par sa majorité parlementaire avec les députés de l'UMPde Sarkozy) autant de mots malsonnants : c'est ce que l'on appelle faire diversion ;<br /> d'un tel gouvernement se réclamant de la dénomination "socialiste", l'on eût pu espérer - si l'on n'avait pas lu son programme électoral - un intérêt accordé aux classes laborieuses créatrices de<br /> richesses, sans cette démagogie verbale, donnant bien de l'importance à un comédien infatué de lui-même.<br /> <br /> Mais de Messieurs Hollande et Ayrault, qu'attendre, si ce n'est ces appels ridicules au patriotisme économique, tandis qu'ils font risette au patronat (vingt milliards de cotisations patronales en<br /> moins, financés par l'augmentation de l'impôt le plus injuste, la TVA). Ces gens-là font la courte échelle à la droite et au fascisme, et lorsqu'un Jospin n'est pas au second tour des élections<br /> présidentielles, les "socialistes", frères siamois de la droite, accusent le peuple de virer au fascisme ; et ils appellent au "Front républicain", ils appellent à voter pour le représentant de la<br /> droite, celui du "bruit et des odeurs", Monsieur Chirac.<br /> <br /> Une franche canaillerie, comme celle de Gérard Depardieu, ouverte et déclarée, est rafraîchissante, par rapport à la servilité des "socialistes" à servir le capital industriel et - surtout -<br /> financier.
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens