Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 09:12

 

 

            Mea culpa N°766 : Dernière ligne, lire « dont on nous alimente » au lieu de « dont nous nous alimente ».

 

Au temps où à Hollywood régnait la censure de la pudeur, destinée à évacuer hors studio les scènes, expressions, manœuvres coquines et apparentées (d’où la présence de lits jumeaux recommandée dans les scènes de tendresse d’ailleurs limitée, n’allant pas au-delà du baiser et naturellement sans déshabillage, qu’il fût savant ou sauvage comme il l’est devenu banalement de nos jours), au niveau du quotidien il y a avait des sujets, des mots, des notions qu’on n’abordait pas en famille. Tout simplement ça ne se faisait pas. Mon père n’aurait jamais mentionné le mot « soutien-gorge » à la maison, et moi non plus. Certaines affaires de mœurs, si on les aérait à l’époque, l’étaient à mots couverts, sans précision aucune, sans insistance sur le grivois, l’égrillard ou le graveleux : on glissait, on éludait, on n’insistait pas. Voilà que nous avons ces dernières années franchi les étapes. Qu’un groupe de chanteurs (si on peut appeler ça du chant) se baptise impunément « Nique ta mère » est signe des temps. Désormais le vocabulaire est totalement libre, les scènes de films sont « torrides », le baiser, au lieu de conclure, est le départ d’un déchaînement de gestes, de déshabillages, de postures dont on nous cache de moins en moins d’aspects excitants. De même d’ailleurs dans les informations : au moment des repas, après la bourse et avant la météo, on peut très bien vous parler de fécondation in vitro, de mères porteuses, de location de ventre ou autres choses appétissantes. Quant au mot « sperme », qui fut longtemps tabou, on en parle comme de la baguette quotidienne ou à peu de chose près : il y a quelques années (affaire Clinton par exemple) on parlait de la petite robe bleue de la victime qui conservait ses taches blanches accusatrices – comprenne qui voulait, les chastes oreilles d’Agathe ou de Suzie pouvaient entendre sans dommage. Dans l’affaire DSK,  on parle froidement de sperme sur le col de la robe (sur le col d’ailleurs – drôle d’endroit). Bref  on considère que le public est adulte et peut tout entendre : le carré blanc de défunte mémoire  devrait tout de même se manifester pour les moins de cinq ans, cela faciliterait sans doute les soirées en famille.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens