Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 08:23

         Il y a belle lurette, mes belins-belines, que je ne m’occupe plus de savoir où en sont les algorithmes qui règlent sous forme de nombre la réception de mes blogs auprès de vous. Je m’y tenais éperdument pendant les deux ou trois premières centaines de pages, désespérant de voir jamais mon public dépasser les quelques voisins ou connaissances qui me restaient fidèles contre vents et marées – je dois même dire que j’ai été plusieurs fois au bord de la démission, et vous vous rappelez sans doute (si vous étiez de mes dévoués de la première heure) que je tempêtais contre ce 11 ignominieux qui soldait mes efforts de contacts et ne voulait pas démarrer vers le haut. Oui, il  valait mieux pour mon entreprise que je ne m’en tinsse pas (oui : tinsse) à cette référence, car la rétribution de mes efforts n’atteignant pas moralement le dixième du SMIG  avait de quoi me décourager. Depuis, des chiffres bien plus toniques sont parvenus à ma connaissance, en même temps que se multipliaient les commentaires prouvant qu’on me lisait, qu’on m’écoutait, qu’à l’occasion je suscitais des réactions ! J’ai donc négligé de méditer sur la notation que m’octroyait l’administration, puisqu’il faut en toutes branches considérer sa présence autoritaire comme le mal nécessaire dont souffre le monde entier. Tout de même, mes agneaux, que les chiffres effectuent une plongée vers le bas au moment des vacances scolaires, cela peut se concevoir : cela me donne peut-être une indication sur le genre d’audience que j’ai pu rassembler en plusieurs années d’effort. Mais que dire, que penser, des creux   brutaux qui se forment comme dans une mer en tempête ? Que signifie un 33 soudain faisant suite à quelques dépassements du cinquante,  un 56, voire un 58 ? Dois-je établir avec docilité un rapport strict entre ces chiffres et les sujets abordés un peu au petit bonheur la chance ? Parlé-je trop des spectacles télé (et pourtant ne tournez vous pas le bouton sitôt le dessert du dîner englouti ?) ? J’aimerais faire mieux, faire au mieux. Mais si les chiffres qu’on m’attribue vous étonnent, il faut que vous m’aidiez : je compte sur vous, comme Coluche compte sur nous tous pour les restos du cœur…...

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Chère correspondante<br /> Les statistiques de fréquentation mises à la disposition des blogueurs par la plate-forme OverBlog sont plusieurs. Après cinq années d'expérience, j'en suis arrivé à conclure que la note globale<br /> (BlogRank) n'a pas grand intérêt, car elle présuppose le blogueur animé par l'esprit de compétition (mon BlogRank est plus élevé que le vôtre...). Le"nombre de visiteurs uniques" est déjà plus<br /> significatif : comment expliquer le fait que n'ayant publié aucun papier depuis le 5 septembre environ 20 lecteurs viennent chaque jour consulter adamantane.org ? Plus intéressant encore, l'analyse<br /> des "contenus" : je m'aperçois que certaines des publications, et pratiquement toujours les mêmes, semblent attirer l'attention des internautes. Pourquoi celles-là, et pas d'autres dont j'aurais<br /> tendance à penser qu'elles mériteraient plus encore l'attention ?
Répondre
D
J'aime toujours beaucoup vos billets que je lis chaque jour avec grand plaisir. Mais comment faire connaître ma satisfaction?<br /> Merci.<br /> Marie-Hélène(ancienne étudiante à Lyon)
Répondre
S
J'avoue, oui, j'avoue : je fais partie de ces fidèles infidèles, qui par leur présence intermittente, font vaciller le curseur de votre audience vers le bas ; mais je reviens.<br /> <br /> Que vous suggérer ? Madame Desvignes, vous possédez une grande qualité - outre la maîtrise de la langue française - qui est de me faire la conversation, de cultiver cet art tombé en désuétude,<br /> remplacé de nos jours par quelques rauques grognements et par d'expéditives sentences qui closent le débat, à peine vient-il à éclore. Et du fait que vous vous adressez toujours à un éventuel<br /> lecteur (votre écrit n'est jamais marqué au coin de l'impersonnel), je me trouve revivifié au contact de votre écrit ; et je soigne mon français, je bichonne mon expression, je m'adresse à vous,<br /> stimulé par cet art de la conversation.<br /> <br /> Croyez-moi : aucun sujet n'est futile ; aucun sujet n'est à prohiber ou à contre-indiquer ; et appliquer ce que vous avez maîtrisé au cours de votre vie d'enseignante, les règles et les manières<br /> qui déterminent la construction d'un récit à une série de la télévision, ou au cas DSK, que vous nommez avec ironie "Zorro", car il nous sauve du récit de l'empoignade des chefs de l'UMP, bataille<br /> qui manque de rebondissements, appliquer une grille de lecture stylistique n'est pas vain ; c'est même de nos jours une rareté, tant la prétendue critique est mal formée (et mal-formée de naissance<br /> !) et pratique, la plupart du temps, un jugement fait d'impressions vagues, qui ne tient son assurance que de ses adjectifs superlatifs qui nous ébahissent.<br /> <br /> Si, un sujet : Marivaux, encore ; Marivaux, toujours !!!<br /> Langage étonnamment sensible ; langage splendidement humain, de partage humain.
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens