Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 14:05
     Je n'ose pas trop regarder le choix de fonctions que m'offre la dernière ligne de cet en-tête impressionnant . Pourtant elle mérite le coup d'oeil. D'abord ces deux yeux qui se disent Zut en se tournant le dos (faut le faire, pas?) puis un trait horizontal dont je ne saurais quoi faire. Puis une étagère avec tout plein de provisions : des ciseaux, des sacs de farine, des jerrycans de pétrole (ça devrait me donner des idées, hélas, trois fois hélas, avec moi c'est du pétrole qui ne brûle pas le moins du monde) Puis sur deux rangs une enfilade de bidons de lait comme dans le temps, une corde à sauter de petite fille avec poignées, jusqu'ici à peu près indentifiables Après ça se complique : un oméga (extenseur musculaire?), un schmilblick avec son petit triangle de stationnement imprévu, un cendrier avec un gros mégot jaune (des Boyard sans doute : celles qui sentaient le plus mauvais) , deux petits coussins carrés brodés et assortis, puis de nouveau le grand mystère, par deux fois (mais ici en horizontal semble-t-il, et là en vertical, le tout en jolies couleurs layette). Enfin dernier compartiment de droite : deux napperons carrés bleus, broderie assortie . Inutile de vous préciser que je n'ai plus le courage de remonter du moindre cran, bien que m'y engagent le sourire jaune d'or avec son écran de télé et son rouleau à peinture installés sur le même rayon de cet inventaire à la Prévert. Je suis persuadée (et contrite, vous l'imaginez bien) de ne pas m'être servie assez souvent ni assez savamment de tout cet outillage mis à ma disposition. Je ne suis pas à la hauteur des merveilles de la technique auxquelles me donnerait droit le simple fait de posséder un ordi : c'est à peu près, me dit-on, comme si j'étais heureuse d'avoir une belle voiture dans laquelle je ne mettrais pas de carburant et que je pousserais dans les montées, sans avoir jamais eu l'idée que les fonctionnements pourraient être améliorés comme ils le sont chez autrui. Je démérite, que voulez-vous! Je démérite même tellement que l'Administration (ce Big Brother qui mine de rien ne nous quitte pas de l'oeil) m'a rétrogradée d'un point. Je plafonnais pourtant pas bien haut, modestement, humblement : eh! bien on m'enlève un point. Si je continue comme ça, on va me retirer mon permis. Qu'est-ce que j'aurais mal au coeur, mes belins-belines, si je devais cesser de vous voir!


                                                                          Lucette DESVIGNES. 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens