Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 12:20

            Des courts métrages de cinq minutes sont projetés presque quotidiennement sur BBC Entertainment, pour servir de sutures entre deux séries de style contrastant. Par trois ou quatre à chaque fois, ils concernent les foisonnements de bêtes, insectes, oiseaux, quadrupèdes, etc. et on a beau être prévenu qu’il y aura foule, on ressent un choc devant des milliards de sardines, des milliards de moustiques ou de fourmis, des centaines de millions de lions de mer, des centaines de millions d’ibis roses  ou de chauves-souris. J’ai vu aussi avec une vraie terreur des centaines de milliers de serpents mexicains au printemps, en grouillements d’écailles et de langues dardées, têtes et queues et corps sinueux emmêlés quand ils se réveillent de leur hibernage à l’appel de l’amour : la proportion de ceux qui arriveront à trouver une femelle est ridicule, incroyable, et cependant ils sont des centaines de milliers sortant du même trou de rocher et se lançant à la chasse à la compagne. Et les termites, et les pingouins, et les bêtes à bon dieu en regroupements de cauchemar sur des troncs énormes dans la jungle amazonienne… Et chaque espèce bien à sa place : ainsi, les caribous transhument sur des milliers de kilomètres pour se nourrir, et par centaines de milliers de têtes – c’est impressionnant au plus haut degré -  tandis qu’à l’arrivée en des territoires favorables des milliards de moustiques vont leur pomper le  sang jusqu’à la mort. Comme quoi chacun a son rôle à jouer sur cette terre. Ces spectacles sont affreusement impressionnants, mais j’ai trouvé un truc pour désamorcer leur pouvoir délétère : je me mets à compter à ma manière, un Euro pour Liliane, un Euro pour Françoise, un Euro pour le photographe, un Euro pour l’avocat d’affaires, bien sûr je ne peux pas compter jusqu’au bout ni avec la précision voulue,  mais je vous assure que ça permet de se rendre compte des masses d’argent dont on nous a cité les brassages et transvasements sans jamais nous les montrer en concret. Au moins, à présent, après avoir vu ces amoncellements d’éphémères ou de fourmis, on devine ce que c’est qu’un milliard, ça permet de ne pas mourir idiot.Et de jurer, à la Bressane, en pleine connaissance de cause.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens