Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 10:30
     J'ai horreur de donner de fausses informations. Je n'ai pas en effet, moi, à défendre un mur de la honte (pas celui qui a été démoli, mais bien celui qui non seulement continue à se construire malgré tout ce qu'on peut dire penser protester réclamer etc. mais qui au contraire se fait renforcer au niveau des tunnels meurtriers par des entreprises de voisins pareillement intéressés par les déblaiements ethniques). Je n'ai donc pas à entraîner des jeunes spécialistes de l'information à déformer ladite selon des procédés enseignés en chaîne, choix des sujets, des points de mire, du vocabulaire. C'est sans doute pour cela que j'ai une telle horreur (application des leçons récentes : non pas j'ai tant horreur, mais j'ai une telle horreur -  un adverbe ne modifie jamais un nom, voir exemples supra) d'annoncer des choses fausses, et je vous prie de bien vouloir considérer que si la fantaisie de mon inspiration passe souvent avant l'annonce que je vous avais faite de mes thèmes ou sujets d'entretiens, cela n'a aucun rapport avec l'énonciation pure et simple de la vérité. Donc j'ai horreur de donner de fausses informations. C'est pourquoi je m'en vais tout de go entamer notre propos du jour par un correctif solennel. Hier je vous ai donné quelque aperçu de mes priorités avant ce que je considère comme mon devoir, autrement dit mon "address" comme on dirait Outre-Manche, à vous destiné(e), mes belins-belines. Eh bien j'avais tort, grandement tort. Ce n'était pas délibéré, certes, mais l'omission s'est faite sans que j'y prisse garde (prisse, oui) et je m'en suis trouvée fort marrie. Je corrige donc : tout de suite après le repas des fauves et avant même le tri de mon courrier sur écran, je consulte le blog d'Eric Chevillard, histoire de me donner du tonus au moment d'aller au charbon. Ainsi ce matin j'apprends qu'il barbouille déjà des dessins d'enfant au nom de sa fille Agathe (trois ans à peine) qu'il met précisueusement de côté pour son dossier de candidature aux grandes écoles, afin manifestement de prouver la précocité de son génie. Que voilà une belle leçon de prudence paternelle que tout un chacun aurait bien intérêt à méditer. A demain.


                                                                                                Lucette DESVIGNES.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens