Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 novembre 2010 5 12 /11 /novembre /2010 15:50

    La pause du 11 novembre, que je me suis adjugée hier ni plus ni moins que si c'était un dimanche, était bien agréable. Non que j'aie passé mon temps à ne rien faire, mais justement j'ai fait des choses devant lesquelles s'impose superbement d'habitude le devoir de vous enrichir l'esprit, mes belins-belines. Cela m'a rappelé les jeudis de l'Ascension de ma jeunesse, non à cause de la dévotion qui s'y rattache mais simplement parce que, pause coupant la semaine de travail, elle  permettait aux boulistes de se reposer en se fatiguant à courir, viser, s'élancer,, mesurer, se baisser,  discuter à n'en plus finir. J'assistais aux rencontres sur le banc des dames du village, et en même temps que je réfléchissais sur le bonheur de ces hommes à faire claquer leurs boules entre elles ou à envoyer promener le cochonnet comme un malpropre, leurs épouses,- tout en profitant du beau temps et de la bavasserie qui était leur grand plaisir sous les marronniers du boulodrome - se plaignaient de ce faux dimanche du calendrier qui les obligeait à donner à leur homme deux chemises la même semaine. Et c'étaient les plus maniaques qui disaient cela - car  de toute évidence des fêtes carillonnées comme le lundi de Pentecôte ou le lundi de Pâques, où la chemise pouvait encore servir comme toute belle le deuxième jour, c'était mieux combiné que l'Ascension pour éviter de la peine aux ménagères. Les moins maniaques ne disaient mot,:  c'est que chez leur homme la chemise faisait toute sa semaine point barre, avec ou sans jours fériés pour compliquer la lessive. Je vous rapporte ces propos lessiviels restés morosement dans mon souvenir - c'était une calamité pour moi lorsque je me trouvais coincée dans un groupe de bonnes femmes, avec les conversations des bonnes femmes, les intérêts des bonnes femmes. Déjà dans les banquets de famille on savait qu'il fallait me mettre dans le coin  des hommes, les femmes se rassemblant à l'autre bout de la table pour être prêtes à donner un coup de main (ah! l'horreur) et en tout état de cause, après avoir épuisé les descriptions de toutes les maladies, anciennes ou récentes, de leurs petits-enfants,  échanger entre elles des recettes ou des points de tricot. C'est vous dire comme je frissonnais à l'idée d'un déjeuner de bonnes femmes, lequel projet me menaçait aujourd'hui à midi . Eh! bien, mes belins-belines, si je ne vous ai pas envoyé de blog plus tôt (par exemple aux aurores ce matin), c'est que j'étais à l'autre bout de la ville pour affronter ce pensum, mais que,  oh!bonheur!, ce n'a pas été un pensum du tout. Il est vrai qu'il y a b onnes femmes et bonnes femmes. A demain!

                                                

                                                                        Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens