Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 09:58

 

 

            Ainsi (je continue sur les intérêts présentés par le fil conducteur qui serpente discrètement à l’arrière de chaque épisode) j’aime voir se dérouler les intrigues de longue durée (d’ample respiration, comme on dirait en critique littéraire poussée dès qu’il s’agit d’un gros roman) qui, mine de rien, rattachent les uns aux autres les éléments de durée limitée axés sur des personnages qui s’en vont après leurs trois petits tours. Des patients qu’on réussit à tirer d’un coma parce que leurs proches ne cessent de leur parler doucement de leurs souvenirs d’enfance, ou qui après une grave intervention chirurgicale scellent leur « rapatriage », comme disent les paysans de Marivaux, avec l’ex-conjoint(e) ou l’enfant prodigue revenus dare-dare au chevet de l’opéré(e) en passant par-dessus toutes les querelles intestines anciennes, sont non seulement monnaie courante, mais presque l’élément de base : on pourrait parier sur le dénouement familial réconfortant pour tout le monde (en vérité, les diverses conclusions sont des variantes en Majeur ou en mineur : tout baigne, ou au contraire c’était trop tard pour la manifestation des bonnes volontés de réconciliation - c’est l’un ou l’autre, pile ou face, selon le caprice du réalisateur, toutefois le suspens n’a rien de véritablement excitant et les limites de l’épisode amènent à une fin après laquelle on n’entendra plus parler des acteurs du drame). Au contraire les chirurgiens, les infirmières et infirmiers, les  brancardiers d’urgence qui vivent des journées héroïques dans les incendies et catastrophes du jour après jour, nous reviennent à chaque épisode, et nous avons le temps de connaître leurs tics, leurs caractères, leurs opinions, leurs tendances. Leurs amours, leurs ruptures, leurs déchirements, leurs secrets aussi… Cela constitue un fond humain solide,  même s’il est mouvant ou à facettes : c’est leur histoire à eux que je suis avec intérêt, je la vois naître dans ses premiers frémissements, elle se déroule dans le caprice, parfois même elle réussit à me tenir en haleine. Comment voulez-vous que je me détourne des gros volumes, à lire ou à écrire ?

                                                                                         Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens