Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 10:11
     On a l'habitude, pour évoquer la polygamie, d'imaginer le chef africain muni s'il en a les moyens de trois ou quatre épouses (deux épouses, d'ailleurs, suffiraient déjà pour mon propos) au milieu de tous ses descendants et descendantes au fur et à mesure de leur arrivée en ce bas monde, sans ordre chronologique ni respect des divers hymnénées. Ce qui nous étonne le plus sans doute est qu'il demeure flanqué de tous ses rejetons, à la tête d'une troupe où les remous doivent être fréquents entre concubines de fraîcheur variée. C'est qu'il s'agit là d'une polygamie officielle, assumée, fière d'elle-même, et sans doute d'autant plus choquante pour nos jugements d'êtres   policés par les règles de la civilisation européenne. J'entends déjà d'ici les sarcasmes des pères de famille de chez nous, avec leurs deux enfants conçus au sein du mariage et tout prêts à jeter la première pierre au chef de tribu, sans qu'on puisse assurer qu'eux-mêmes, tout au fond, n'ont pas quelque vague remords( ou regret, ou soupçon) d'avoir semé leur graine au vent avant de s'être rangés des voitures.. En tout cas le regroupement clanique est sans faille chez le polygame avéré. Si j'en crois le modèle familial répandu selon les familles du secteur londonien de l'East End , lesquelles sont censées offrir le schéma type, courant , contemporain (dans quelle mesure? je ne sais qui pourrait le vérifier), ces formules explosées, éclatées, distendues, reconstituées, remodelées avec ou sans les uns ou les autres,, font la part belle à l'individu qui, la première fois, a convolé en justes noces. On le retrouve deux ou trois divorces plus loin, deux enfants nés ici (et peut-être restés avec lui) de chacune des épouses parties au loin, trois concubinages durables ou passagers, un rattrapage de dérapage accidentel, deux ou trois rejetons absents de son panorama   parce qu'ils ont été emmenés par l'une ou l'autre des épouses, On ne lui colle pas l'étiquette de polygame - et j'ai l'air de citer un seul bonhomme, mais en fait dans chaque maison de la place, chaque chef de famille se trouve bien à la tête du même enchevêtrement - toutefois, si ça n'est pas de la polygamie, "Mais alors qu'est-ce que c'est?" diraient les Frères Jacques en parlant du petit bout de la queue du chat. (bonjour à vos minets, on pourrait croire que je les ai oubliés depuis quelque temps).
                                                                                                                                   Lucette DESVIGNES.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens