Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:35

 

 

            Lors du premier voyage aux Amériques de notre nouveau Président de la République à l’occasion du G8, le cartel des dames en tenue chic faisait l’objet d’un programme parallèle, comme dans les congrès internationaux les « dames des conférenciers » qu’on promenait et distrayait – de mon temps en tout cas – pour les empêcher de s’ennuyer (le piquant de la chose était lorsque dans un couple c’était la femme qui conférençait tandis que le mari se voyait offrir la balade avec les épouses de ces messieurs : je peux vous dire que cela se produisait souvent). En tout cas, les dames des présidents étaient toutes mariées, tandis que notre première dame, à nous, était la seule à ne pas l’être, après deux divorces : on pouvait craindre la réprobation, dans un pays qui se veut si officiellement religieux, mais curieusement le jugement a été que c’était normal pour une Française…Les préjugés  ont la vie dure : lorsque j’arrivai en Saskatchewan – il y a longtemps, certes – dans la maison qui s’offrait à moi comme foyer pour tout mon séjour, j’ignorais qu’une amie de la famille avait prédit à la maîtresse de maison que j’allais démolir son mariage, qu’elle n’aurait pas longtemps à attendre, qu’avec mon maquillage et ma lingerie noire il me suffirait de quelques jours pour tout ravager, c’était comme si elle avait accueilli un serpent à sonnette. Vérification faite, l’amie avait tort sur toute la ligne,  mais ses remarques avaient failli empêcher qu’on m’accueillît à bras ouverts comme cela s’est fait cependant – en démarrage d’une belle et vive amitié  que seule la mort a fait se terminer après de nombreux échanges transatlantiques. Il faut dire qu’on apprenait dans les classes de français aux jeunes Canadiens que nous accrochions nos poulets morts à un clou pour les laisser avec le temps se débarrasser de leurs intestins et que nous les consommions seulement une fois lesdits intestins tombés à terre. A se demander pourquoi notre cuisine était si réputée…

 

Partager cet article
Repost0

commentaires