Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 10:53

            Une petite variation comme, en musique, à partir d’un thème donné. Quand j’ai appris le mot créneau, c’était je pense au cours élémentaire  deuxième année, quand on avait abordé l’histoire de France et la féodalité, tout de suite après les Gaulois, le vase de Soissons et Charlemagne. Créneaux, donjon, chemin de ronde,  meurtrières, mâchicoulis (à ne pas prendre par erreur pour le chewing-gum des gens du Moyen Age), poterne… Peut-être bien que la liste n’était pas complète alors, je ne me rappelle plus, mais en tout cas donjon et créneaux étaient bien là. De quoi transporter avec soi pour toute sa vie l’image du dessin bien net délimitant la crête des murs au sommet des châteaux forts (jusqu’au moment, du moins, où on  rencontre les merlini italiens échancrés dans le haut comme la partie libre des bannières et gonfalons ; là, on superpose les images et les connaissances). Donc, en totale docilité à ce relief bien carré de creux et de bosses, on imagine le créneau à faire au cours des manœuvres des autos-écoles ; le fin du fin c’est de réaliser avec des roues de travers un dessin parfaitement à angles droits devant, derrière et le long du trottoir. Puis, en raison probablement de l’étroitesse de la marge qu’un créneau vous offre pour vous parquer, on ajoute l’idée de restriction, de faible liberté de manœuvre : vous disposez ainsi d’un créneau entre deux obligations contraignantes, vous allez pouvoir soit engloutir un sandwich jambon-beurre sur le pouce, soit un petit noir sans même l’arroser – pas le temps en tout cas d’aller faire une visite impromptue à votre petite amie à l’autre bout de la ville et il vaut mieux pas. Vous voyez comme les connotations s’alourdissent : peu de temps, nécessité de sauter sur l’occasion. Enfin on en arrive au royaume des éditeurs, et là les connotations sont tout simplement négatives : votre manuscrit ne rentre pas dans le créneau souhaité,  il faudrait raboter ici et là mais on ne vous dit pas sur quelles nodosités déplaisantes faire porter votre bûcheronnage, et si on vous offre quelque synonyme emprunté à un autre domaine, c’est pour vous informer que vous ne rentrez pas dans le profil de leurs collections ou que vous ne vous situez pas au niveau des insertions possibles dans leurs programmes. Amusez-vous à ce petit jeu des déviances, c’est plus passionnant que les déviances politiques et ça ne bouffe pas de pain.

 

                                                                                 Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br /> Au lieu de chercher à entrer dans le créneau, Lucette, si vous tâchiez de trouver une fenêtre de tir ? Ce serait plus moderne, non ? Et puisque, malgré les disparitions sur votre ordinateur, vous<br /> maîtrisez tout de même assez bien l'engin, vous ne devez pas redouter d'entrer encore plus avant dans la modernité. Anne<br /> <br /> <br />
Répondre