Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 10:59

Voilà que je me suis surprise à souhaiter – tant pis pour une partie de ma population de fidèles : après tout ils ne dépassent peut-être guère le compte des cinq doigts de la main – qu’après nous avoir offert le Proust de Companeez et le Proust de Raoul Ruiz regroupés comme un bouquet, puis ce week-end la vision Schlöndorff qui centre ses projo sur Swann et ses amours malheureuses avec de nouveau le Ruiz en prime si on voulait bien se coucher tard, à souhaiter, oui mes belins-belines, qu’on nous repasse un peu de Companeez, ne fût-ce que par amour pour les costumes et pour le jeu de Dominique Blanc. Mais il ne faut pas rêver ! On ne peut pas nous proposer/imposer Proust  à si peu de jours d’intervalle…Tout de même, cette inattendue fréquence de la reprise du sujet a dû, après avoir fait jaser et crier dans Landerneau, faire réfléchir les téléspectateurs pour lesquels la madeleine de Proust était comme les bergamotes de Nancy, les bêtises de Cambrai ou les berlingots de Carpentras : elle prenait corps, elle n’était pas que la Madeleine Proust du Haut-Jura qu’ils connaissaient seulement. Ils avaient peut-être même fini par établir un lien entre la madeleine, la tasse de thé  ou de tilleul de la grand-mère ou de la grand-tante  et les phénomènes de la mémoire, et ça n’était pas si mal, avouez… Et si, réfléchissant un peu à ce que recouvrait ce nom opaque de Vinteuil, ils en arrivaient à chercher parmi les contemporains « compatibles », comme on dit de nos jours à tout propos, s’ils trouvaient Fauré ou Franck ce serait même fort bien. D’ailleurs, une fois lancés sur cette voie, comment pourraient-il évoquer la sonate de Vinteuil telle que Proust en dépeint avec émotion l’effet sur lui   sans entendre en leur mémoire la sonate de Franck pour violon et piano ? Je crois même que c’est chez Companeez qu’on l’entend, carrément, au cours d’un moment musical chez Mme Verdurin. Un certain culot sans doute, que cette attribution résolue d’étiquette – mais au fond, pourquoi ne pas dire tout haut ce qui se chuchote tout bas depuis plus d’un siècle ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens