Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 22:50

            Je ne connaissais pas du tout la Puisaye. Je ne veux pas dire que maintenant je la connaisse, après y avoir passé un court week-end,  mais je dois dire qu’avec un  guide chaleureux et documenté, passionné aussi de son pays, le circuit en forme de « digest », comme disent les Anglo-Saxons, m’a été offert au creux de la main,  « in a nutshell », et que j’ai découvert un petit territoire plein de richesses malgré la pauvreté de son sol – un petit territoire où se dresse à chaque instant quelque chose qui vous donne envie de revenir pour tout voir en détail. J’ignorais que c’était depuis des siècles un producteur d’ocre – je ne connaissais que la production du Roussillon – et j’ai bien dû faire connaissance avec les fresques du début du XVème qu’on a redécouvertes sous des badigeons aussi irrespectueux que finalement protecteurs dans plusieurs églises. Des danses macabres, j’en avais déjà vu de nombreuses au cours de mes voyages, toutefois celles-ci, bien que rappelant comme les autres que la mort est pour tous au bout du chemin, sont d’une originalité impressionnante. Le défilé des futurs morts est certes constitué par tous les échantillons de la société du temps – cardinaux, belles dames, abbesses, seigneurs, bourgeois, moines… - mais dans cette espèce de promenade argentine immobile qui fige chacun comme il le sera dans son cercueil, l’alternance des défunts à venir et de leurs morts personnelles (Cocteau serait ravi de voir ce chouchoutage) introduit une ironie, une désinvolture, une dérision qu’on n’oublie plus. Les squelettes dansent véritablement, à chacun sa posture, genou levé, jambe en arrière, brandissent leur faux comme un accessoire de cotillon, se contorsionnent en ricanant, chacun ayant sa manière de pousser son individu préféré vers la tombe. L’ocre revêt ces fresques d’un ton uniforme, presque doré,  qui ne cherche pas à s’imposer et qui, tout compte fait, finit par devenir obsédant. Les petites églises romanes avec parfois de minces tours rondes à leur  chevet, contrastent la solidité de leur masse avec d’élégants clochers, tous différents, effilés vers le ciel de toutes leurs ardoises noires comme en Gâtinais  Et le marché de poterie annuel de ce dimanche est installé à … Saint-Sauveur : vous voyez, mes belins-belines, que pour une fois j’ai approché la grâce. Je m’empresse de vous en faire profiter.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

Partager cet article
Repost0

commentaires