Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 12:24

                   Dès demain, dès demain, vous disais-je.… Présomption ! Mon ordi est aujourd’ui

muet, transporté à l’atelier de réparations, et j’ai bien failli ne pas pouvoir vous contacter ce matin. Mais vous le savez : je flotte et ne sombre pas, comme Lutèce ! Je vais donc évoquer pour vous, mes belins-belines, deux exemples de remake qui me paraissent intéressants. Le premier sera ce Nosferatu  de Werner Herzog tout récemment programmé. Je l’avais déjà vu, mais mon souvenir méritait d’être rafraîchi. Je n’ai pas été transportée, toutefois j’ai eu plaisir à sentir que c’était un hommage fervent rendu à Murnau. Respect du narré, souci du décor, insistance sur l’expressionnisme : j’ai aimé voir le visage d’Adjani transformé en masque blafard, annonçant déjà la mort, sans un sourire ni une expression, accompagnant des gestes lents et figés. Pas d’insistance non plus sur le folklore malgré le rôle dévolu aux Tziganes, hommes et femmes étrangement vivants aux frontières de cet empire de la mort. Les adjonctions angoissantes des décors naturels m’ont également ^paru bienvenues et signifiantes, de même que l’évocation de la peste déferlant sur la ville, avec,  longeant les demeures aux ouvertures clouées, les cortèges de cercueils portés sur les épaules par des kyrielles de croque-morts, le tout vu d’en haut comme par une divinité indifférente à cette chorégraphie macabre. Et Klaus Kinski l’effroyable (déjà dans Aguirre ou Fitzcarraldo  il étaient plus effrayant que Bela Lugosi ou Boris Karloff), d’une horreur voulue insoutenable par vénération au modèle, hanterait volontiers les cauchemars si le Nosferatu de Murnau n’avait déjà occupé la place. J‘aime moins les troupeaux de rats, si nombreux qu’on se demande comment un réalisateur a pu en rassembler une telle foule – et puis ils sont blancs, ils ne soulèvent pas le cœur comme ceux de Murnau … L’exécution   du comte Dracula avec pieu et marteau gagnerait à être passée sous silence – mais quoi ! il fallait bien raconter jusqu’au bout l’histoire du vampirisme, au cas où quelqu’un encore ne la connaîtrait pas…

Partager cet article
Repost0

commentaires