Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 21:04

             Je sais que vous vous étonnez, mes belins-belines, peut-être même que vous vous sentez irrités de mon insouciance. Voilà encore un jour où elle n’en fait qu’à sa tête ! Déjà ses aurores à elle feraient honte à toute marmotte un peu consciente de ses devoirs, pensez alors à ce que représente cette désinvolture avec les horaires ! Allons-nous devoir attendre les petites heures de la nuit pour avoir ses réflexions de la journée ? et dans quelle mesure pourra-t-elle encore se prévaloir de la qualité de guide de nos mentalités, s’il reste si peu de temps avant que le quantième ne change ? Je suis confuse, oui, mes belins-belines, aussi sorry que peuvent l’être les Anglais  (I’m So So sorry : on vous dit ça facilement là-bas,  et avec componction, au moment où vous allez rendre l’âme, en s’excusant de vous avoir buté en vous parce qu’on vous a pris pour un autre). Vous voyez, donc : confuse confuse,  penaude penaude. Mais si je vous disais le pourquoi du comment, vous seriez si jaloux, mes agneaux ! Depuis le grand matin j’étais à mes fourneaux, et croyez-moi, j’ai usiné sans répit.  Epluchage fin et multiple, arrangements de plats intelligent (aussi bien les mets que la vaisselle), saveurs exotiques, lait de coco curry gingembre poivrons coffres de crevettes comme base d’une sauce épaisse dont je ne vous dis que ça ! (rien de plus, mais non ! Vous n’imaginez tout de même pas que même pour vous je vais consentir à me délester de mes secrets magiques). Mais en toute honnêteté, mes belins-belines, c’était presque comme si vous y étiez, comme si tout cela vous était offert (et je vous assure bien que cela valait un mauvais champagne et des petits fours rassis comme on en déguste dans les réceptions chics). Le pourquoi du qu’est-ce ? Mais tout simplement mes invités étant des fidèles avaient calculé qu’on arrivait à l’an mil de notre blog (j’y avais d’ailleurs fait récemment des allusions discrètes et franchement indiscrètes) : c’est donc le champagne de la consécration, une « cuvée spéciale 2012 Lucette Desvignes » qu’ils m’ont apporté  avec deux jours d’avance pour ne pas être en retard… Comment voulez –vous qu’on n’ait pas un peu traîné sur le café ?

Partager cet article
Repost0

commentaires