Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 14:28

Rien qu’à les voir…

 

            Oui, un seul coup d’œil suffit : on a le cœur serré, on ne peut que s’arrêter de faire ce qu’on faisait (toute besogne cessante : voilà un bel exemple d’ablatif absolu auquel on ne pensait guère au lycée), on ne peut que les prendre en pitié, et avec élan. Le couple, cinquante–soixante à peu près, exsangue, maladif, blafard (sur mon écran de télé ils sont même livides, blanc vert, donc évocateur de chairs malsaines), l’air  accablé de ce qu’ils viennent de traverser, mais tout de même appuyés l’un à l’autre pour se soutenir, pour réussir à se tenir droits. « Arrêtons ! » disent-ils douloureusement , et lentement ils se tournent l’un vers l’autre, ils se font un pauvre petit sourire mourant mais si plein d’amour,  le cœur vous en remonte à la gorge, « C’est que cela faisait si longtemps ! » ajoute l’un d’eux, d’une si pauvre voix qu’on ne sait pas vraiment lequel a murmuré cette pénible confession. «  Mais, ajoute la dame ( un couple bourgeois de toute évidence, bien classique, bien relingé comme dirait mon père, avec des manières dominées d’où s’exhale toute un bonne éducation , fondée sur de saines valeurs, probablement celles de l’identité nationale) – mais, ajoute-t-elle, à deux c’était plus facile ». Qu’est-ce que vous croyez qu’ils se sont décidés à faire, ces deux-là ? Accepter un traitement drastique ? Accepter d’aller chercher leurs provisions aux Restos du cœur ? Accepter de faire de la gymnastique corrective une heure tous les matins ? Si vous avez parié vous avez perdu ! Ils vous le font lire sur un grand panneau , ce qui’ils ont eu tant de mal à faire: ils ont arrêté de banquer, ils vont désormais se débrouiller tout seuls, ils seront moins vidés de leurs forces vives. Ils vont, comme on le démontre sur une autre pub, devenir leur propre banquier, que des bénéfices et rien d’autre à débourser. La gorge se desserre, on se sent même tout bébête d’avoir mis le cœur à la poche. Mes chats prennent des airs sarcastiques, ce n’est pas eux qui se seraient fait attraper de la sorte…

 

                                                                                              Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens