Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 11:17

Même si en vérité je ne me rappelle plus à quelle occasion ils se produisaient, je me souviens fort bien d’avoir vu dans ma jeunesse des « perly kings and queens »,  ces rois et reines de nacre du royaume cockney de l’Est londonien, dans tout l’éclat de leurs vêtements de parade dont il n’existe de correspondance nulle part ailleurs. Imaginez des vestes, des casquettes, des chapeaux entièrement recouverts de boutons de nacre formant des motifs de décoration scintillants et insolites. J’ai le souvenir de casquettes dont seul le miroitement d’une double épaisseur délimitait   les dessins, et je croyais bien que ces cortèges où la royauté trônait sur des voitures à cheval (rien de bourgeois : non point des calèches, mais des gros chevaux de trait tirant leur chariot pour l’occasion débarrassé de ses tonneaux de bière quotidiens) avaient disparu en  face de l’avancée des rockers, slammers, rappers et autres représentants des générations suivantes. Eh bien non, mes belins-belines, ils n’ont pas disparu et j’étais tout émue de les retrouver dans ma série des EastEnders.  J’ai même découvert à cette occasion que, de même que le mariage princier trouvait son écho automatique au niveau des pubs et dans la rue (avec ces petites filles et même ces jeunes femmes qui se coiffaient de diadèmes et de voiles de mariée comme si c’était leurs noces qu’on célébrait), la célébration en vêtement de nacre se retrouvait dans ces mêmes lieux populaires. Le barman avait sa casquette à boutons étincelants, les femmes des chapeaux immenses à plumes d’autruche et décorations de nacre sophistiquées et souvent très réussies, les redingotes arboraient des dessins ressortant avec grâce sur l’étoffe, on portait au moins un bout de vêtement – un foulard, un gilet – orné de ses boutons de nacre, bref la réjouissance était non seulement générale mais uniformément dédiée à la tradition de la nacre. Et l’insistances du vieux commentateur sur le caractère populaire de la tradition, sur sa localisation dans l’East End et son inexistence dans le West End et ses quartiers chics, m’a réjouie : enfin des gens qui ne cherchent pas à se faire passer pour plus chics qu’ils ne sont, pour supérieurs à ce qu’ils sont dans l’échelle sociale .. Il me semble que cela mérite bien d’être mis en exergue.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens