Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 10:32

         Qu’on me pardonne, mes belins-belines, mais je ne peux tout de même pas laisser passer le cinquième anniversaire de la dictée du Zonta  sans vous en toucher deux mots ! Cinq ans, je vous assure que c’est quelque chose. Cinq ans depuis que la première dictée a été proposée – et je sais bien que Pivot avait déblayé le terrain à grand renfort de tractopelle, mais il n’empêche que l’entreprise était culottée : allait-elle susciter l’intérêt ? Eh!bien oui, et dès le départ. Des mordus, des curieux, des réfléchisseurs (comme aurait dit la Mère Cottivet de douce mémoire) conscients que l’orthographe devrait être honorée plus vigoureusement qu’elle ne l’est dans les formulaires, demandes, écrits de toute sorte qui souvent défigurent la langue française. C’est vrai que ça me chiffonne, ce laxisme, ça me chiffonne ! Mais heureusement je ne suis pas toute seule à me sentir chiffonnée, d’où cette dictée concoctée longuement comme un plat épicé, avec pièges et chausse-trapes, et des accords, et des conjugaisons peu banales, et des concordances de temps – très franchement, cela me paraît bien plus utile que de farcir mes textes de mots rares qu’on n’a jamais entendus et qu’on n’entendra plus jamais par la suite… Ce que j’évite, ce sont les pluriels douteux, parce que chacun s’en tient à sa vérité personnelle et les discussions n’en finissent plus, sans qu’on puisse arriver à convaincre quiconque. Le seul point noir, c’est que je ne puisse amener à ce test les présentateurs ou, hélas, les écrivains dont les fautes sont flagrantes et toujours répétées…

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Merci pour cet hymne à l'orthographe. A Mâcon aussi, le Zonta a organisé samedi une dictée pleine de pièges délicieux. Les participants étaient ravis!
Répondre