Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 11:28

Mea Culpa N°902 : ligne 6, lire "les invite" au lieu de "leur invite".

 

Par delà le sentiment de déprime qui nous atteint en ces temps de brouillard et de mise en sommeil de la vie, indissociable de cette réaction égoïste se profile le destin des sans abri. Je sais bien qu’on s’en occupe – c’est le moment, et puis il y a des gens de cœur qui n’en peuvent plus de voir les demandeurs d’asile contraints à passer leurs nuits dehors en attendant des températures encore pires : cercles de silence pour attirer l’attention des passants sur cet aspect tragique de notre société, actions diverses d’associations qui prennent à cœur la souffrance et l’hébétude des évacués (ce terme général qui fait frissonner) au point d’en installer récemment de force une cinquantaine dans des locaux désaffectés depuis des années, dispensaires pour les vêtements et les soins d’urgence… Oui, on s’en occupe. Il y a la Mada (service des mises à l’abri) ; les Cada (centres d’accueil), la Pada (plateforme d’accueil des demandeurs d’asile) qui distribue les tickets-repas à la semaine, 46 Euros par personne seule, 75 Euros pour un couple (lésé, le couple, à voir comme ça au passage). Et la Cimade, autrement dit le comité inter-mouvements auprès des évacués,  qui s’occupe également de l’insertion par l’apprentissage des rudiments de français, donc une sollicitude de longue haleine. J’admire du fond du cœur ces bénévoles et responsables qui s’adonnent à ces tâches difficiles et ingrates. Et comment ne pas craindre que tôt ou tard l’accablement ne les prenne, à voir qu’ils ont à remuer des montagnes avec si peu d’aide étatique ? A trier d’abord les familles, puis les femmes avec enfants, puis les femmes seules, puis les couples, puis les vieillards et femmes enceintes (« de plus de trois mois »), il vous reste les hommes seuls – la proportion la plus considérable naturellement – et s’il y en a qui sont destinés au trottoir ce sont bien ceux-là, les courtisans de la belle étoile… Si les hébergements d’urgence et centres d’accueil dépannent à peine un millier d’individus, que vont devenir les quelque six cents autres sans toit jusqu’à présent ? Et je pose une question indiscrète : où sont les Roms expulsés de leurs campements et lancés sur les routes ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens