Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 10:35

 

 

            Les incendies dont je vous ai signalé la multiplication dans les séries anglaises ont parfois comme objectif d’accompagner les effets visuels effrayants par une leçon de choses, comme on disait autrefois au niveau du cours élémentaire. Ainsi, j’ai vu dernièrement une jeune femme de mœurs légères mettre une bassine d’huile sur le feu dans l’intention de faire des frites puis, ayant brusquement décidé de planter là un patron maquereau brutal et implacable,  jeter quelques vêtements dans un sac (même les tout mouillés à peine étendus sur le séchoir) et quitter la cuisine. A peine a-t-elle tourné le dos que l’huile s’enflamme. Dès lors, la compagne restée fidèle à son barbeau se lance dans le combat contre la flamme et, fort intelligemment, jette sur la bassine en feu une grande casserole d’eau froide. Naturellement, tout s’embrase. Je glisse sur les effets spéciaux qui, dans cet épisode, trahissaient vraiment la pauvreté des moyens accordés aux séries, loin des crédits ouverts aux Spielberg ou autres réalisateurs catastrophes. Je veux seulement insister sur les leçons pratiques qu’on devrait pouvoir dégager de ce scénario : quand on a des frites sur le feu on ne s’en va pas ; quand on a mis le feu à sa friteuse, on ne jette pas de l’eau sur les flammes. C’est tout de même l’enfance de l’art. En primaire on m’apprenait ça : on met un couvercle sur les flammes, calmement, sans perdre son  sang-froid, ou encore quand les flammes ont déjà gagné du terrain on utilise une couverture pour étouffer la flamme puisque ainsi elle ne recevra plus l’air qui est indispensable à toute combustion. Je prends quelque peu en pitié le niveau mental des téléspectateurs d’outre-Manche, qui ont été obligés d’attendre que la télé ait envahi tous les foyers pour apprendre enfin les méthodes de sécurité qu’on enseignait chez nous au Cours élémentaire. Comme quoi… Rien ne vaut notre système éducatif : il a largement fait ses preuves.

                                                                            Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
<br /> Bonjour Mme Desvignes,<br /> Je viens de tomber sur votre blog en tentant de vaines recherches sur un éventuel texte et/ou indice quant à la prochaine dictée du Zonta que vous donnerez samedi 29 janvier. Visiblement peine<br /> perdue, j'en conviens. Mais croyez bien que je ne raterai pas cette troisième édition et que je compte bien reprendre ma place sur le podium, injustement perdue l'an dernier... ("ma vengeance sera<br /> terrible !")<br /> Cet article dans lequel vous relatez les exploits de nos chers amis d'outre-Atlantique révèle bien le mal-être profond dans lequel stagne notre société moderne sans parvenir à s'en dépêtrer. A quoi<br /> bon. Comme le dit une citation fort connue, et, comble de l'ironie et avec tout le respect que je vous dois naturellement, adaptable à votre situation : "c'est le jeu, ma pauvre... Lucette !"<br /> A bientôt !<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens