Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 15:18

Aujourd'hui tout va mal, mes belins-belines. C'est comme ça depuis le matin, depuis mes confortables aurores à moi. Tout va mal. Je me suis levée avec mal au crâne, du pied gauche probablement (je n'ai pas vérifié sur le coup), j'ai voulu faire une commande sur un catalogue (ben voyons), le préposé aux commandes (qui devait cependant m'apporter en cadeau gratuit une montre ornée de saphirs et d'aigues-marines) a refusé mes références pour valider la commande (et comme chacun est monté sur ses grands chevaux on en est resté là - que vais-je bien pouvoir faire sans mes saphirs et mes aigues-marines?), je n'ai pas vu depuis hier le petit chat que je voudrais annexer à mon cheptel parce qu'il est sans domicile ni maître et qu'il vient goulûment s'empiffrer trois fois par jour sur mon palier moyennant quelques caresses, j'ai laissé passer le facteur qui d'habitude emporte mon courrier, si bien que j'ai un paquet de lettres qui traînent depuis déjà trois ou quatre jours et qui devront prolonger leur caractère d'urgence, j'ai perdu la première partie de mon blog (interrompu par un coup de téléphone - ensuite plus personne : où s'est-il bien enfui? j'ai donc dû recommencer sur nouveaux frais), j'ai reçu un téléphone très contrariant auquel j'ai répondu à peu près de même (ça arrive parfois, oui ça vous tombe dessus, et qu'y faire? à part faire le dos rond et courber les épaules que voulez-vous faire d'autre?). Même la kiné n'est venue qu'à midi, j'ai donc dû louper mes Eastenders de la mi-journée - tout le toutim, quoi, ou comme disent les Anglais "the whole bag of tricks". Comme mon rationalisme me pousse à trouver une raison à cette ambiance délétère, je suis toute prête à me forger des mea culpa déraisonnables - pourtant, évoquer que je me sois trompée de catalogue en emmêlant mes références ne me paraît pas aussi impensable que ça. Donc, la culpabilité en plus, même si elle est vénielle... Mauvaise journée, voyez-vous. Pourtant une belle petite lueur : un e-mail ami reçu vers midi ma félicite d'avoir dénoncé Valduc et les mensonges éhontés du secteur nucléaire - ça vous regonfle. Je vais donc tâcher de reprendre du poil de la bête pour vous parler demain plus sereinement. A demain donc, sursum corda!

 

                                                                                                                                                         Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens