Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 10:27

 

 

            Toutes les chaînes nous ont bien dit que c’était fini, que la campagne avait atteint son terminus, qu’on arrêtait tout, les sondages, les commentaires, les adresses au peuple – bref, qu’on se reconcentrait (qu’on « se reposait un peu » serait mieux dit) avant le résultat de toute cette agitation prolongée depuis si longtemps.  C’est vrai, il n’y a plus rien à faire pour les uns ni pour les autres, on ne changera plus rien à ce qui est déjà décidé ou doit se faire, et même s’il y a des indécis de dernière minute, qui iront voter comme ils iraient au loto, certains même peut-être en suivant un caprice final de leur pile ou face intérieur,  cela ne regarde plus qu’eux : sur les ondes et les petits écrans les clameurs se sont tues. C’est demain soir que cela va se remettre à bruire ; la fébrilité va gagner les équipes racolées pour commenter,  déjà dans l’heure précédant le moment fatidique les devins et devineresses seront à leur affaire, nous donnant des estimations secondaires dont nous n’aurons que faire, histoire d’occuper les minutes d’attente et de nous émoustiller, au cas où nous n’aurions pas compris les enjeux de ce qui va nous être révélé. Il sera difficile pour l’équipe du perdant, sinon de faire bonne figure (il peut s’y être préparé pour quitter la scène avec  dignité) du moins de prétendre qu’il a gagné : le fait qu’il n’y ait que deux noms en piste rend les choses plus claires que lorsqu’il s’agit d’élections où les partis sont nommément désignés. J’ai souvenance de nombreux soirs d’élections où, à écouter les uns ou les autres, ils ont tous gagné : rares sont les voix (il y en a quelques-unes, certes, mais je le répète elles sont rares) qui admettent que leur parti n’a pas brillé, qu’il a déçu, qu’il vaut mieux le reconnaître franchement. C’est en fait le lendemain, quand les chiffres définitifs sont tombés et inattaquables, que les meurtris peuvent soigner leurs contusions en silence. Demain soir, au moins, on saura tout de suite.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens