Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 09:44
     Je vous ai déjà parlé de l'intérêt que présente pour moi toute espèce de forme dramatique, que ce soit dans le roman, la nouvelle, le théâtre bien entendu, le cinéma ou la télé dans ses diverses hypostases. Un intérêt de spécialiste manifestement : au-delà de l'intérêt tout court que peut espérer ressentir le spectateur Lambda (et que je ressens aussi au premier degré, ne vous y trompez pas) il y a cette envie de découvrir les agencements, de démonter les rouages, de voir de près comment les choses sont boutiquées pour faire avancer la machine. Souvent le jeu n'en vaut pas la chancelle - faut-il qu'ici je vous rappelle mon aversion pour le théâtre du boulevard genre fourniture intellectuelle au Troisième Age déjà un peu dépassé et si facile à satisfaire (les tics de scène des Le Poullain, Arditi, Mercadier ou Galabru suffisant presque à eux tout seuls à garantir l'hilarité continue de la salle)? Or je vais encore une fois (sans préjuger naturellement des autres éventuelles possibilités que, comptez sur moi, je ne laisserai pas perdre) vous reparler de cette interrogation polyvalente, comme on dit si bien, autour de l'assassinat du vilain bonhomme dans le pub victorien qu'il venait de récupérer. On n'a encore pas avancé (depuis le soir de Noël, tout de même... mais on nous avait prévenus que l'enquête serait longue et difficile) dans la voie de la clarté, tous les suspects sont restés à peu près équivalents dans l'estimation qu'on peut se faire de leur crime si c'est eux, et déjà vous vous rappelez sans doute comme c'était compliqué, à cause des divorces, remariages, enfants de l'amour divers qui donnaient à chacun un motif plus que valable d'avoir fait le coup. Hier soir, ah mes belins-belines, quel coup de théâtre! Voilà que la deuxième ex-épouse du bonhomme, qui l'avait quitté il y a 21 ans en abandonnant ses deux filles dont l'une à 14 ans était déjà enceinte - faut le faire - réapparaît pour les funérailles mais surtout pour attaquer le testament, car - tenez-vous bien - elle était partie parce qu'elle était enceinte (de qui? bonne question) et il semble que réapparaisse ce fils dont personne n'avait entendu parler. Vous comprendrez que je ne puisse attendre sans me dévorer l'épisode de ce soir, mais je vous le raconterai. Promis!

                                                                              Lucette DESVIGNES.
Partager cet article
Repost0

commentaires