Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 13:58

            TURBULENCES A L’HORIZON

 

            Mea Culpa (N°657) : Lire « Manon » et non « Manou »…

 

            Il y avait eu en son temps la révolution des Œillets – au Portugal, expression tranquille et sans effusion de sang du désir de liberté d’un peuple écrasé depuis des lustres sous la dictature de Salazar (j’ai failli écrire Pinochet, c’est tout dire). Il y a eu tout récemment – et elle n’est pas encore terminée : elle a connu des morts, du sang, des flammes – la Révolution du Jasmin en Tunisie. Y aura-t-il une révolution du Lotus en Algérie ? Quand on voit des millions de gens scandant leurs slogans de mise à la porte s’exposant au froid, à l’immobilité pendant d’interminables heures, à l’inconfort des nuits prises sur place, à la faim puisque rien ne peut circuler qui puisse apaiser les protestations de l’estomac (il est vrai que les pauvres gens ont l’habitude non seulement du jeûne qu’ils acceptent rituellement, mais aussi des privations de toute sorte et de la misère qui ne permet pas de nourrir les familles – serait-ce pour autant une raison de trouver facile leur protestation ? pourquoi pas la dénigrer, ce que je suis bien sûr que certains font avec mépris et suffisance ?) – oui, quand on voit le caractère épique, historique, crucial de ces rassemblements réclamant justice et liberté, quand on voit que l’armée, jusqu’à présent, s’est contentée de poser des défenses autour des propriétés du tyran sans du tout – jusqu’à présent : croisons les doigts jusqu’à faire blanchir les jointures – paraître menacer le peuple dont elle est issue, on peut attendre le dénouement de la crise en espérant aux côtés des protestataires et aussi fort qu’eux. Les Bofs vont certainement encore dire qu’on leur gâche leurs projets de vacances …Riots, turmoil, unrest : c’est le moment de dépoussiérer votre vocabulaire, mes belins-belines !

                                                                                        Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires