Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 08:54

 

 

            La voilà, ma bonne histoire, certifiée exacte et véritable comme cela se lit en dernière page des polars de Sue Grafton (vous savez bien, l’écrivain américain à succès, la rivale de Mary Higgins Clarke,  qui a choisi pour chaque roman une lettre de l’alphabet : ainsi « C is for Corpse » - mon préféré, ou « K is for Killer », ou encore « T is for Trespass » etc – fameuse astuce, dites voir, pour fidéliser les lecteurs qui malgré eux attendent le déroulement de l’alphabet pour s’emparer du nouveau best seller…  pour ma part je regrette bien de ne pas y avoir pensé plus tôt, car la fidélisation de mes lecteurs m’aurait rudement arrangée, bigre !). En  tout cas, voici l’histoire. Depuis l’ouverture de mon blog, parmi les commentaires ou clins d’œil reçus un certain S.C., toujours très aimable et bien renseigné, se faisait remarquer par la fréquence de ses interventions, défendant la poésie, l’histoire locale et les coutumes de mon terroir natal, bref me réchauffant à chaque manifestation de sympathie par sa cordialité et son intérêt permanent pour mes chats auxquels il prodiguait ses caresses par mon intermédiaire diligent. Ne sachant trop comment l’inciter à se dévoiler, j’obtiens enfin une amorce de courriel sur laquelle je fonce comme une truite sur une mouche bleue. Sans doute un farceur annexe qui me fait cadeau de deux ou trois lettres énigmatiques, comme pour me mettre sur la voie – mais moi je fonce ! Je reconstitue un tout parfaitement plausible, d’après mes connaissances et ses fonctions, mais ne  pouvant décemment pas m’adresser à quelqu’un dont   l’identité reste quand même douteuse, je me lance dans une Opération Mirlitonnade afin d’engager avec lui une conversation-badinage l’invitant à me dire ce qu’il en est (donc s’il est bien le  cordial S.C. qui suit fidèlement mon blog). Prudente, j’ajoute qu’en cas d’erreur sur la personne on veuille bien m’informer, avec toutes mes excuses etc . Rien ne m’est signalé, donc ma mirlitonnade s’adresse bien au vrai S.C., donc il faut continuer puisqu’il s’amuse de ce petit jeu et ne répond pas encore. La suite au prochain numéro, bien entendu !

                                                                                              Lucette DESVIGNES.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> Chère Madame Desvignes,<br /> <br /> me voilà fort confus et attristé d’avoir semé le doute dans votre esprit. Je ne suis pas un usurpateur et j’ai bien tombé le masque dans un courrier que vous avez dû recevoir avec photo et brochure<br /> relatant des événements dont vous fûtes témoin. Je suis bien R T natif de Chalon et résidant présentement dans la ville qui tient lieu de Préfecture à la Saône-et-Loire. Mon pseudo vient du nom de<br /> ce petit village écrit à la craie sur l’ardoise. J’espère avoir dissipé vos craintes.<br /> Maintenant, vous avez toutes mes coordonnées, y compris mon adresse électronique.<br /> J’aimais bien cet anonymat. Moi qui ne fis jamais de grandes études, il m’autorisait à parler d’égal à égal avec une universitaire dont la seule lecture des titres en troisième de couverture me<br /> donne le tournis. Mais il faut savoir s’assumer et depuis que j’ai fait mienne cette maxime :<br /> « Plus je me vois, plus je me désole,<br /> Plus je me compare, plus je me console »<br /> il est vrai que je me suis un peu réconcilié avec moi-même, même si j’ai lu quelque part que c’était la maxime des mauvais sujets. « Ils savent bien, au fond, qu’ils ne sont pas bons ; mais ils<br /> trouvent toujours pire qu’eux, et ça les tranquillise. » pour vous dire que dans ma tête, c’est pas toujours bien net. Finalement, aurait-il mieux valu laisser Saint-Cyr livrer ses commentaires de<br /> temps à autre en tapinois ?<br /> Voilà que tout bouleversé par tant de révélations à Vous faites, si ce n’était de mon chat qui lit par dessus mon épaule et me ramène à la raison, j’aurais omis de saluer les vôtres.<br /> Bien à vous.<br /> R T alias Saint-Cyr<br /> <br /> <br />
Répondre