Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 11:01

 

 

 

            Je serais bien curieuse de savoir ce qui se trame derrière les attributions de Nobels, cette récompense considérée comme un top (plus  haut que moi tu meurs), dans quelque domaine que cela puisse se passer. Les palabres entre lobbies intervenants doivent s’étirer sur des années (c’est ainsi que pour Mo Yan, récipiendaire 2012 pour la littérature, les discussions propositions demandes et réclamations duraient depuis six ou sept ans, à ce que j’ai appris tout récemment). Les ambassades sont partie prenante au premier chef,  de manière inattendue si on est naïf, selon toute logique si l’on a quelque peu réfléchi au fonctionnement du monde et des nations entre elles. Les plans sur la comète s’amorcent, puis se dessinent, puis se peaufinent dans l’ombre de la diplomatie, rarement abandonnés en cours de route, la plupart du temps montrant les dents en même temps qu’ils prennent de la vigueur (j’espère que vous me passerez cette désinvolture à doter des plans de dents et de  santé : que voulez-vous ! un lyrisme de la puissance du mien a du mal à être tenu dans les limites du raisonnable). C’est ainsi qu’en théorie le meilleur de chaque catégorie est doté de la reconnaissance universelle – qui part vite en fumée, comme un pétard mal mouillé ou une bougie de dynamite, mais qu’attendre d’autre ? Notez mon « en théorie » acerbe. Je ne l’insère pas dans notre entretien à propos de Mo Yan, lequel est un grand de l’écriture et n’a même jamais jugé bon de se faufiler dans la diaspora chinoise qui pourrait lui assurer récompense plus vite grâce à l’Occident et à ses préjugés souterrains : non, Mo Yan est un grand, il est juste que la lumière soit faite sur son œuvre. Je pense à d’autres Nobels, censés nous apporter la gloire – et signalant simplement que la diplomatie française a su vaillamment se débrouiller en imposant un nom, celui qu’elle avait sous la main, pas forcément le meilleur, hélas !

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Bises à vous, Madame Desvignes et à votre tribu féline, dont vous êtes la douce matriarche. Ils et elles ont bien de la chance ; j'espère que le dernier recueilli a réussi son intégration et qu'il<br /> ne donne pas la chasse aux plus anciens dans votre affection.
Répondre
S
A propos de Nobel, ce Monsieur si doux qu'il en inventa la dynamite et qui dans un élan dernier de mauvaise conscience, pour s'acheter ce qu'il croyait être une place de Paradis, aura doté son pays<br /> d'une institution douteuse, l'Académie Nobel distribuant des Prix (ainsi des Prix Nobel des la Paix, attribués à un président élu sur la foi accordée à la promesse de retirer les troupes<br /> états-uniennes d'Afghanistan et d'autres pays mineurs, M. Barack Obama), je pense à ce grand écrivain qu'est le portugais José Saramago.<br /> <br /> Il a reçu le Prix Nobel de littérature ; il fut le seul de son pays à l'avoir reçu ; le Portugal, celui des Barroso et de l'actuel président à la botte du capital financier, auront hurlé comme des<br /> loups, quand il aura fait paraître "L’Évangile selon Jésus-Christ", qui n'est pas une charge anticléricale grossière, mais un grand roman, comme "L'Essai sur l'aveuglement" ; il se sera expatrié, à<br /> Lanzarote, avec son épouse espagnole ; il y sera mort ; et seul le peuple portugais lui aura rendu hommage, le président ne se déplaçant même pas pour ses funérailles.<br /> <br /> Ma réflexion finale est que je ne connais pas cet écrivain chinois, que je n'ai jamais lu, mais qu'il convient de distinguer un écrivain de l’État auquel il est censé appartenir.<br /> <br /> José Sramago était on peut plus portugais ; son œuvre dépassait les limites mentales des gouvernants de son pays, dont il n'aura reçu que des crachats et du mépris ; José Saramago ne s'identifie<br /> nullement au Portugal "officiel" ; je crois qu'il en est de même de tout écrivain, et je ne pense pas que ce Chinois y fasse exception.
Répondre
Y
Chère Lucette,<br /> On dit que les usines Volvo ont récemment été rachetées par des Chinois. Cela expliquerait tout ! Philip Roth et Bob Dylan attendront leur tour !!!!<br /> Bises à vous, et plein de caresses aux chats.<br /> Yannick.
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens