Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 08:15

         Je me sens habitée par les atmosphères, les couleurs, les rythmes si lents de La Dernière  Piste. J’ai été surprise – et enchantée – que le récit ne s’achève pas pour apaiser toutes les angoisses des spectateurs (ou alors on peut reconstituer son aboutissement si on y tient, puisque cette odyssée tragique a historiquement connu une fin heureuse  -  dans la mesure où on peut appeler une fin heureuse le retour vers la civilisation). C’était vraiment un épisode conçu comme une peinture :  pas d’entrée en matière, pas de suspens, simplement le déroulement immobile de journées d’épreuves interminables sans le moindre soutien de l’espoir, sans l’ouverture vers le moindre éclaircissement de l’horizon , le tout figé sans commencement ni fin comme un tableau. Je repense à cette distance des femmes qui ne se tutoient pas, à cette résignation de la foi qui demande au Seigneur de bénir le repas alors qu’il n’y a plus rien à se mettre sous la dent, à cette dignité des hommes renonçant à céder à la fascination de l’or trouvé par hasard puisque l’or ne se boit pas et qu’ils ont seulement soif…J’ai sans doute à me faire pardonner cet engouement pour un film annoncé sans grand bruit – le pardon me sera facilement accordé si dans les jours qui viennent, vous qui avez manqué La Dernière Piste à sa projection en prime time, vous vous arrangez pour voir le film dans sa programmation en boucle : je serais désolée, mes belins-belines, et déçue, si vous n’étiez pas séduits à votre tour.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens