Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 10:59

 

           

 

            Vous me connaissez, mes belins-belines : vous savez comme j’aurais horreur de vous tromper sur la marchandise. Vous trouverez peut-être que mes gazouillis musicaux ont perdu de leur fraîcheur ou de leur tonus : ce serait alors que je baisse, sur le terrain du fond comme sur celui de la forme, ce serait hélas regrettable mais je n’en serais pas vraiment responsable (et comment voulez-vous que j’en prenne conscience si vous ne m’en soufflez mot ?). Et puis vous pourriez toujours décider de vous tirer en lousdé, je ne vous en garderais pas rancune puisque je ne vous verrais pas vous esquiver, surtout si vous le faites discrètement, en tout cas mon honneur sortirait indemne de cette rupture. Si au contraire, fidèle à moi comme les cœurs vaillants de naguère, chacun de vous reste solide dans son attachement basique (avez-vous remarqué combien souvent on emploie ce terme de basique depuis quelque temps, même si on ne sait pas toujours ce que cela veut dire exactement ?), vous savez qu’aucune tricherie n’est voulue de ma part. Je pense toujours à ce N°1100, dont je ne sais pas quel jour il va tomber : je me suis rendue hier sur la partie que vous foulez du pied quand vous voulez consulter mon blog (je n’y vais jamais d’habitude, j’ai mes propres quartiers où vous ne venez pas, chacun chez soi) et j’ai pu constater que le compte de mes contributions n’a pas été enregistré automatiquement. Il y a ainsi je ne sais combien de N°1088, pensez un peu ! C’est d’avoir fourni trois blogs à la fois qui a dû détraquer la machine. En tout cas je vais devoir compter et recompter sur mes doigts, confronter les dates, rétablir la vérité – celle que je vous dois, mes agneaux. En dépit de quoi je ne pourrai vous garantir que le N°1100 sera bel et bien l’authentique N°1100… imaginez ce que sera une célébration solennelle basiquement boiteuse, hein ? Tant pis… nous ferons pour le mieux, honnêtement. Ce sont seulement ces ambiances de transparences publiques qui vous émoustillent et vous incitent à faire de même, même si on ne sait pas trop dans quelle direction se tourner pour être efficace !

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Chère Lucette, non vos gazouillis musicaux ne témoignent pas d'un ramollissement de la pensée, et puis n'oubliez pas ce que nous ont enseigné les Troubadours. Dans le lieu idéal du jardin<br /> printanier, signe de verdeur, de vigueur, de renouveau, "chaque oiseau chante dans son latin" ; et ceci est vrai de toutes les saisons. Seriez-vous en votre hiver, comme moi je commence mon<br /> automne, que quelquefois, dans la froidure et parmi les vents glacés, sur une brindille ou une ramille effeuillée, balance l'oiseau, rare et singulier, qui lâche son cri, son langage, ses émois. Ce<br /> n'est pas charmeur comme un souffle printanier ?... Lucette, seriez-vous victime du mythe de l'éternelle jeunesse, qui fait des ravages parmi nos contemporains ? Vous lâchez votre cri, qui ne<br /> manque pas de vigueur. Vous avez perdu le compte ? Très bon signe, comme cela vous nous ferez vingt ou trente numéro 1.1000 !!!<br /> Et soyez sûr que votre latin, sceptique, amusé, révolté, mordant (oh sans méchanceté), navré, pensant, rêvant (je pense à ce message où vous nous donniez à sentir les parfums et à voir les couleurs<br /> de votre jardin, sous l'avancée incivile de l'énorme garage de vos voisins peu respectueux) est beaucoup moins filandreux, obséquieux, mort-né et borné que le latin ecclésiastique de la<br /> Confraternité Saint-Pie IX (ça, c'est pour vous agacer par un rapprochement incongru avec des réactionnaires bornés, eux !!!) ou que le latin éditorial de la plupart de nos "mas-media", comme ils<br /> disent et causent.<br /> <br /> Deux gros et même trois gros "poutous" sur vos joues.<br /> <br /> Serge Dutoit.
Répondre

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens