Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 13:22
     Chez nous, c'est déjà remisé rangé des voitures oublié. Passé aux profits et pertes, rien de plus. A la rigueur, depuis que tout le monde correspond par e-mail, on évoque encore l'an nouveau avec sa cohorte de voeux à distribuer sagement aux plus méritants des amis. Vraiment rien de plus. Eh ben sur BBC Entertainment (puisque c'est comme ça qu'ils ont baptisé BBC Prime, tout récemment) Noël c'est loin d'être fini. Et ça dure, ça dure... D'abord, ça a commencé de bonne heure - mais on peut comprendre : la préparation de Noël, cadeaux festins vacances de neige, prend du temps à s'organiser et surtout se mener à bien. Et puis, comme chaque épisode est directement lié à l'actualité du quartier d'Albert Square, on pouvait trouver à peu près normale cette anticipation des célébrations terminales. Mais précisément, en vertu de ce même principe de relation étroite entre la date des personnages et votre date de vision ou la mienne, on peut s'étonner de voir encore les sapins empilés sur le marché, les serpentins pendant aux fenêtres et d'autres filigranes violines, vermillon ou vert émeraude entortillées un peu partout, sur les brancards des poussettes des mômes par exemple, sur les enseignes des commerces, sur les caddies revenant du marché. Et toujours, sur les têtes des femmes mûres comme sur celles des gamines, les andouillers de rennes, symbole de l'attente des clochettes et du traîneau rouge et vert du personnage principal. Comme serre-tête on pourrait faire plus seyant, mais surtout il faut voir que personne là-bas ne se sent ridicule d'arborer ces ramures, ni de faire irruption dans le pub victorien en costume de Joker avec ses grelots. Et pour faire des sous, les uns ou les autres se creusent les méninges. Ici on a pensé à représenter     la nativité, l'adoration des Mages, la fuite en Egypte, pour rester dans le souci plus ou moins paroissial. Les gosses voulant tous un rôle qu'on ne leur attribuait pas, les répétitions sont houleuses et interminables. Heureusement pour moi, mes belins-belines, qui ai souvent enseigné la formule de la "pantomime" londonienne, et qui m'intéresse à chaque aspect instinctivement "spectacle" de toute manifestation de masse, je vois en ressortir les grosses rigolades, chaque personnage jouant  sous son identité avec juste une paire d'ailes, ou une fausse moustache, ou pour faire Moyen-Oriental un torchon à rayures bayadères sur le crâne maintenu par un cordon de robe de chambre en cercle sur les tempes. Le refus de l'illusion est flagrant et par cela même créateur d'hilarité. Voir la Vierge Marie jouée par la simplette qui a accouché trois mois plus tôt de père inconnu, l'entendre dire à Joseph " Je ne suis qu'une humble vierge, Dieu veut me rendre mère" secoue l'assistance de     tonnerres de rires. Qu'à la suite de cette incarnation la simplette désire baptiser le bébé "Baby Jesus" en doutant tout de même de l'assentiment du prêtre, ne le cède qu'à ce caprice de la virago lesbienne qui ne veut pas être marraine, mais accepte d'être parrain de l'enfant. Je ne suis pas sûre que tous les Anglais se reconnaissent dans ces personnages... mais mes chats et moi on se marre de bons coups. 


                                                                                               Lucette DESVIGNES;
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens